Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Vivre livre
Vivre livre (24) Pef à la Grande Librairie le 10 décembre.

Voilà des années que les passionnés de littérature jeunesse attendaient ce moment! François Busnel à quelques jours des fêtes, recevra dans sa grande librairie, les ambassadeurs de ce genre littéraire en pleine expansion et c'est un joli cadeau. Si le choix n'est pas très audacieux, le plaisir d'écouter PEF, et pour certains de le découvrir en dehors de son PRINCE DE MOTORDU, est absolument jubilatoire et j'attends ce moment avec une grande impatience...PEF c'est aussi l'illustrateur de LA MER EN VRAI où il s'est inspiré de Fernand Léger pour mettre les congés payés racontés aux enfants en couleur, c'est ZAPPE LA GUERRE, LE VIOLON DANS LA NUIT, deux albums qui dénoncent l'absurdité des guerres, la haine et la violence faites aux hommes (Ces trois livres sont publiés aux éditions Rue du Monde).

Pour finir ce court billet avec légèreté, j'ai eu dernièrement le bonheur en tant que Princesse Dézécolle autoproclamée, d'être dessinée par PEF qui a créé ce mythique personnage pour son Prince de Motordu et quand je pense que François Busnel va sans doute l'évoquer, cela me fait rougir de plaisir...

Pour en savoir un peu plus (RICOCHET)

Pierre Elie Ferrier, dit Pef, est né le 20 mai 1939 à Saint-Jean-des-Vigne,
dans la Sarthe. Après des études secondaires, il entame une carrière de
journaliste. Il a été rédacteur en chef de la revue Virgule. C'est
après avoir réalisé des disques pour petits, avec la chanteuse Anne Sylvestre,
qu'il publie pour les enfants. Il a réalisé avec Alain Serres pour la télévision
la série des Pastagums et a publié une centaine d'ouvrages.

Pef, avant d'être un auteur à succès dont chaque maison rêve d'avoir au moins un titre, est un écrivain et un dessinateur militant. Et parmi les artistes s'intéressant à l'enfance, il est l'un de ceux qui ont le mieux compris que la bataille contre l'illettrisme était à mener par des actions parallèles à l'enseignement. Le nom de Pef est d'abord lié aux dessins de presse (dans Arts, Franc-jeux, Virgule), puis aux disques pour enfant d'Anne Sylvestre dont il illustra les albums avec un humour tendre. Par charisme personnel et avec un tempérament fort d'animateur d'association, il n'a jamais cessé d'être à l'écoute des enfants, passant autant de temps avec eux, en rencontres et en discussions, qu'à sa table de travail.

Pierre Elie Ferrier — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Elie_Ferrier

Vivre livre (24) Pef à la Grande Librairie le 10 décembre.
Mon portrait dessiné par Pef. Je suis très interrogative face aux subtilités de l'orthographe (en pleine mutation) à enseigner à mes Princes de Motordu

Mon portrait dessiné par Pef. Je suis très interrogative face aux subtilités de l'orthographe (en pleine mutation) à enseigner à mes Princes de Motordu

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Spectacle
Poème à Lou - Apollinaire- Ibanès
Poème à Lou - Apollinaire- Ibanès

Jacques et moi sommes heureux de vous inviter à

LES COULEURS DU TEMPS
Textes et chansons

Jacques Ibanès
(lecture, chant, guitare)
&
Alexandra Ibanès
(flûte traversière)

AMIS DU MUSÉE DE CARCASSONNE AUDITORIUM
(Ancienne chapelle des Jésuites)
Samedi 28 novembre 16h

Lors de ce récital, les poèmes et les chansons seront illustrés par des tableaux du musée des beaux-arts de Carcassonne.

J'aurai le bonheur d'accompagner Jacques à la flûte traversière sur les textes de Brassens,Trenet, Brel, Genet, Apollinaire, Prévert, Delpérier, Aragon.

Vous pourrez entendre aussi les mots chantés ou dits par Jacques Ibanès de Chénier, Dante, Béart, Ferré, Caussimon, Norge, Hugo...

Bonhomme - Brassens

Bonhomme - Brassens

Comme à Ostende - Caussimon/ Ferré

Comme à Ostende - Caussimon/ Ferré

Dans ma maison - Prévert

Dans ma maison - Prévert

La prière - Jammes/ Brassens

La prière - Jammes/ Brassens

Le plat pays - Brel

Le plat pays - Brel

Image dans un escalier - Delpérier

Image dans un escalier - Delpérier

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Vivre livre
Vivre livre (23) Les jeudis littéraires...

Devenir bibliothécaire bénévole ! Voilà plusieurs années que cette idée me tentait...Désormais, tous les jeudis, dans ma classe , 6 élèves viendront à tour de rôle sur le temps de midi afin de profiter pleinement des livres qui sont à leur disposition dans la bibliothèque de la classe pour des lectures plaisir. Depuis des années, je collecte des livres de belle facture, des albums jeunesse grâce à des dons, dans des vide-greniers etc...

Cela faisait longtemps que l'idée me trottait dans la tête car les enfants sont de gros lecteurs ( mes élèves ont toujours beaucoup lu, ils sont dans l'exigence de la qualité, très curieux, demandeurs...), en découvrant l'ouvrage ci-dessous , je me suis dit qu'il était temps de réaliser ce projet à mon niveau!

Depuis des décennies il est de bon ton d'annoncer que personne ne lit et particulièrement les enfants. Cela n'est pas tout à fait exact avec pour preuve qu'il y a 150 livres qui paraissent pour la jeunesse chaque semaine.

Mais qu’est-ce qui les fait lire comme ça ?

L’histoire de la femme qui a fait lire des millions d’enfants

Geneviève Patte

Coédition les arènes • l’école des loisirs

Des millions d’enfants ont découvert le bonheur de lire grâce à l’expérience fondatrice de la Petite Bibliothèque ronde à Clamart, au rayonnement de l’association La Joie par les livres et à la diffusion de La Revue des livres pour enfants que Geneviève Patte a initiées et portées pendant des années fécondes.

Dans ce livre foisonnant d’expériences partagées et de choses vues aux quatre coins du monde, tissé d’éblouissements de lecture et d’histoires humaines fortes, Geneviève Patte montre que des lieux de lecture et de rencontres peuvent naître partout, dans les milieux les plus divers, notamment auprès de populations éloignées du monde de l’écrit.

La bibliothèque est un lieu où chacun est reconnu et peut faire entendre sa voix. Le regard du petit réveille notre enfance oubliée. Et quel plaisir pour lui d’avoir, à ses côtés, un adulte capable de s’intéresser à son monde d’enfant !

Mais qu’est-ce qui les fait lire comme ça ? est un récit plein d’enthousiasme et une ode à l’imagination, à l’audace et au respect de l’enfant.

Et puis cet excellent article:

« Mais qu'est-ce qui les fait lire comme ça ? », de Geneviève ...
Vivre livre (23) Les jeudis littéraires...
Vivre livre (23) Les jeudis littéraires...
Semons les livres partout où nous pouvons...

Semons les livres partout où nous pouvons...

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ecrire, #Autres
Ecrire...

Plus que jamais, écrire...Écrire pour rendre la vie plus jolie . Finaliser ces deux livres pour enfants afin de leur adoucir le cœur et leur provoquer des éclats de tendresse et de rires si jamais un jour ils les ont entre les mains... Écrire et être raconteuse d'histoires avec des couleurs pastel, des couleurs flamboyantes et des couleurs passion.Plus que jamais écrire, écrire pour rendre la vie plus jolie...

Écrire et ne jamais oublier ce matin où Ali est venu si près de moi lors de la minute de silence de ce lundi noir, il avait si peur que nous avons discuté tous les deux ensemble auparavant. Écrire et ne jamais oublier ses grands yeux noirs pleins d'interrogations et de crainte. Quand il s'est approché, j'ai su que j'avais trouvé les mots justes pour le rassurer et il était impossible de ne pas pleurer doucement.

Écrire avec humour et amour! Écrire pour faire danser les mots au nom de la vie et au nom de l'enfance.

NB: Oui, ce lundi matin, les enfants ont vu et ont compris en voyant mon chagrin et mon désarroi que l'acte de ce silence était plus fort qu'un simple moment convenu . Matinée éprouvante, matinée où j'aurais tant aimer être seule avec mes élèves que j'avais envie de serrer dans mes bras même si ce sont de sacrés coquins! Ce lundi matin, quand j'ai ouvert ma classe devant eux car nous avions une réunion d'urgence avec l'équipe enseignante, j'ai vu notre vie tumultueuse faite de tendresse et de fâcheries et les couleurs de notre quotidien sur les murs de la classe. Bien que ce ne soit pas écrit dans la lettre de ma ministre, j'ai décidé de laisser mes angoisses sur le seuil de la porte, d'être moi avec ma force et mes faiblesses et de les aimer encore plus pour détendre l'atmosphère, de ne pas les juger dans leur innocence quand ils s'inquiétaient sur le sort des joueurs de foot leurs héros, et trouver les mots les plus justes sans m'énerver, ils ont compris, ils ont aimé! Continuer à sourire pour les enfants qui n'ont rien demandé et qui ont la peur au ventre.Rassurer même si on ne l'est pas soi-même et dire qu'on est là comme un solide pilier! Tout faire et poser les mots naturellement, sans débat pour moi, afin d'éviter dans l'émotivité et l'immaturité face à la situation, les propos haineux entendus en Janvier. Ce lundi, malgré tout, j'ai eu particulièrement froid, très froid...

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ecrire, #Le soleil est nouveau chaque jour
Le soleil est nouveau tous les jours. A paraître...

Le soleil est nouveau chaque jour paraîtra en 2016 aux Editions Serpolet. Quelle joie de publier ce livre sur l'amour et le bonheur.

Quand je cherchais un éditeur, un auteur avait lu le tapuscrit et avait écrit ceci :

Alexandra Ibanès est une femme d’un autre temps. On se dit qu’elle doit parler une langue nouvelle et inusitée. Elle parle d’amour, ça pourrait être banal ; oui, mais c’est aussi nouveau, comme le soleil qui est nouveau chaque jour.

Son texte a quelque chose d’irréel ; c’est tantôt un poème, et tantôt une histoire, une suite romanesque. Cette femme aime et connait la musique, celle que son Bel ami invente pour elle. Elle a découvert cet homme (où, quand ?...), il l’a conquise. Elle est érudite, mais sans abuser de sa mémoire, ni abuser de son savoir.

Donc, cette femme, je ne la connais pas. Mais quelle force, quel beau texte elle a su écrire… Heureusement qu’ils se sont trouvés, ces deux-là, « … dans les Corbières ».

Je l’imagine, j’imagine sa main, j’imagine qu’elle écrira encore et inventera encore. Elle sera avec ses chats, qui seront au nombre de trois ; et –comme elle dit- ces trois chats n’auront rien d’autre à faire qu’à gavotter en toute impunité et en silence. Elle se tiendra très près de Bel ami, elle dira mille fois qu’elle est avec lui dans le cœur du monde. Elle lui récitera ces trois vers :

« Etre unis c’est le bout du monde

Le cœur de l’homme s’agrandit

Le bout du monde se rapproche… » (Eluard)

Et ‘’Bel ami’’ sourira et dira oui. Et tous les deux s’envoleront ‘’vers les chemins de l’enfance…’’

Je ne connais pas Alexandra, certes. Mais je sais une chose : elle est vivante.

Voir les commentaires