Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Articles avec #le soleil est nouveau chaque jour catégorie

Publié le par Alexandra Ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour, #Ils ont dit:

Revue Texture
www.revue-texture.fr/

Alexandra Ibanès : « Le soleil est nouveau chaque jour »

Beau titre emprunté à Héraclite pour suggérer le bonheur renouvelé quotidiennement. Alexandra Ibanès l’avait célébré dans son journal d’ « Un été à l’Iris de Suse » (voir ). Cette fois, c’est à travers des proses brèves mêlées de fragments de poèmes qu’elle raconte comment elle est « tombée en amour » comme on dit au Québec. L’amoureuse est évidemment lyrique et colore tout ce qu’elle évoque – absence, retrouvailles, voyages, films vus (elle est fan d’Agnès Varda), musiques écoutées, tableaux admirés, écrivains lus – des reflets chatoyants de sa passion. Un bel exemple, le « Baiser Cadou » qui mêle toutes les saisons et tous les échos et toutes les saveurs. « Un baiser Cadou n’est pas un baiser comme les autres, c’est le baiser royal de l’imaginaire venant d’un règne végétal. L’ingérence du poète de Rochefort donne à la sensualité de cette caresse un goût de figue, la douceur du muscat et l’or du tournesol. »
(Editions le Serpolet. 19 rue Fragonard. 33200. Bordeaux. 78 pages. 12 euros)

Catherine Guillery:

Ce livre est fou de jeunesse et de vie. J'aime l'idée que le bonheur sous-tend toujours un chemin de souffrance et qu'il vient comme un cadeau, une récompense.

Le regard est à la fois timide et luxuriant. L'auteur est réservée comme une jeune fille en fleurs et libre comme une odalisque.

Les images sont si vivantes, si évocatrices, qu'elles permettent de vivre presque concrètement les instants relatés, le voyage en train, une promenade, un concert, et, comme à l'Iris de Suse, les déclinaisons de l'été.

L'écriture est belle, enthousiaste et lumineuse. Elle fait reculer le gris et l'uniformité de ce monde, vaniteux de sa médiocrité et de sa désespérance.

Les références littéraires sont bien choisies, à la fois légères et profondes. Je crois que c'est cette particularité qui prédomine, un va-et-vient entre une grande ouverture sur le monde, ce qu'il donne, et le reflet intérieur, transmutation par le cœur. La poésie est toujours là, bien sûr, celle qui se sert du visible pour décrire l'invisible.

Ce livre est pudeur et éloquence, franchise, don de soi, ferveur. Ce dernier mot est pour moi celui qui résume Saint-Exupéry, dans Terre des Hommes et Citadelle en particulier. C'est un des mots qui m'est le plus cher, il contient en lui les élans du corps, de l'âme et de l'esprit.

Jackie B.
"J'ai aimé cette suite de petits textes qui font la ronde autour de l'être aimé, prenant le lecteur par la main, le conduisant au plus près du ressenti de l'amoureuse. Et puis, il y a au milieu cet ovni " le baiser cadou ", tout rond , tout chaud, qui chante à l'oreille , qui s'échappe, si frais, si gracieux. J'ai aimé cette sensualité exquise qui enveloppe cette écriture, ce rythme enlevé qui la parcourt lui insufflant ce ton léger quand il s'agit de dire les transports amoureux, ça palpite, ça virevolte. L' écriture se fait visuelle, se fait œil de caméra. J'ai aimé l'espièglerie tendre du "je" du canapé.J'ai aimé cet élégant érotisme qui encercle les amants et qui les transporte mettant à leurs pieds poésie, littérature, musique, peinture; tous ces arts semblent les accompagner et cimenter ainsi leurs épousailles."

Delphine R.
"Quand j'ai commencé ce livre, je suis tombée dans l'addiction, je ne pouvais plus le lâcher".

Jack Meurant

Alexandra Ibanès est une femme d’un autre temps. On se dit qu’elle doit parler une langue nouvelle et inusitée. Elle parle d’amour, ça pourrait être banal ; oui, mais c’est aussi nouveau, comme le soleil qui est nouveau chaque jour.

Son texte a quelque chose d’irréel ; c’est tantôt un poème, et tantôt une histoire, une suite romanesque. Cette femme aime et connait la musique, celle que son Bel ami invente pour elle. Elle a découvert cet homme (où, quand ?...), il l’a conquise. Elle est érudite, mais sans abuser de sa mémoire, ni abuser de son savoir.

Donc, cette femme, je ne la connais pas. Mais quelle force, quel beau texte elle a su écrire… Heureusement qu’ils se sont trouvés, ces deux-là, « … dans les Corbières ».

Je l’imagine, j’imagine sa main, j’imagine qu’elle écrira encore et inventera encore. Elle sera avec ses chats, qui seront au nombre de trois ; et –comme elle dit- ces trois chats n’auront rien d’autre à faire qu’à gavotter en toute impunité et en silence. Elle se tiendra très près de Bel ami, elle dira mille fois qu’elle est avec lui dans le cœur du monde. Elle lui récitera ces trois vers :

« Etre unis c’est le bout du monde

Le cœur de l’homme s’agrandit

Le bout du monde se rapproche… » (Eluard)

Et ‘’Bel ami’’ sourira et dira oui. Et tous les deux s’envoleront ‘’vers les chemins de l’enfance…’’

Je ne connais pas Alexandra, certes. Mais je sais une chose : elle est vivante.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Le soleil est nouveau chaque jour
AVec Marie Rouanet
AVec Marie Rouanet

Durant deux jours, j'étais invitée par les éditions de L'ART D'EN FACE au salon du livre de Béziers. Ce fut incroyablement sympathique et enrichissant. J'ai aimé découvrir le concours des livres d'artiste, l'exposition écriture et art contemporain très surprenante (le prochain article) à la chapelle et retrouver des connaissances et des amis : Marie Rouanet, Michel Piquemal, Mic de Michel chien fidèle dont Tristan est fan (ce dessinateur de bandes dessinées qui est publié par Mickey magazine est enseignant, il vient de créer une méthode de lecture dont je reparlerai) les éditions Du Mont, Citadelle et Mazenod, Barameï, Le Sablier (les grandes retrouvailles)...

J'ai adoré mes voisins de deux jours, le van vintage COLIBRI, le jardin d'Eden de Bayssan. Ce week-end restera un merveilleux souvenir!

Merci à L'art en Face pour leur gentillesse, leur dévouement et les délicieuses chocolatines chaque matin! Dimanche prochain direction Rivesaltes.

Les chapiteaux

Les chapiteaux

Stand L'art d'en face

Stand L'art d'en face

Avec les éditeurs.

Avec les éditeurs.

Le van COLIBRI

Le van COLIBRI

Mic de Michel chien fidèle dont Tristan est fan juste après Hergé!

Mic de Michel chien fidèle dont Tristan est fan juste après Hergé!

Le jardin d'Eden de Bayssan

Le jardin d'Eden de Bayssan

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour
Le soleil est nouveau chaque jour avec Félix Vallotton.

Le Tampographe Sardon a eu l'idée de créer des tampons qui reproduisent avec beaucoup de finesse des gravures de Félix Vallotton. Beaucoup de représentations de ces scènes de la fin du XIX ème siècle m'ont fait penser à certaines pages du Soleil est nouveau chaque jour. Depuis, lorsque je signe mes livres, ils sont toujours tamponnés d'une gravure qui personnalise le message que j'offre à mes lecteurs.

Site : Le Tampographe Sardon

 LE BAISER CADOU : Quand elle embrasse son bel ami, elle tend son cou comme un butor assoiffé, ses lèvres deviennent soie, sa bouche devient une fleur de géranium.

LE BAISER CADOU : Quand elle embrasse son bel ami, elle tend son cou comme un butor assoiffé, ses lèvres deviennent soie, sa bouche devient une fleur de géranium.

CONTEMPLATION DU CANAPE : "Je me souviens de la première fois où ils se sont assis, je leur ai tout de suite tendu mes bras, ils étaient tout intimidés et surpris par leurs baisers."

CONTEMPLATION DU CANAPE : "Je me souviens de la première fois où ils se sont assis, je leur ai tout de suite tendu mes bras, ils étaient tout intimidés et surpris par leurs baisers."

LE CHOCOLAT: Elle lui envoya un message en lui disant qu'une surprise se trouvait dans un livre à la lettre D. L'ouvrage se trouvait dans le secteur des biographies.

LE CHOCOLAT: Elle lui envoya un message en lui disant qu'une surprise se trouvait dans un livre à la lettre D. L'ouvrage se trouvait dans le secteur des biographies.

RUE DEBUSSY: " Sois chêne et moi cyprès, côte à côte nos racines se rejoindront et s'irrigueront de nos sèves respectives. Ancrés solidement dans la terre, nous puiserons notre force l'un de l'autre et les ornières qui nous attendent ne seront que de faibles épines de roses."

RUE DEBUSSY: " Sois chêne et moi cyprès, côte à côte nos racines se rejoindront et s'irrigueront de nos sèves respectives. Ancrés solidement dans la terre, nous puiserons notre force l'un de l'autre et les ornières qui nous attendent ne seront que de faibles épines de roses."

Le soleil est nouveau chaque jour avec Félix Vallotton.
Le soleil est nouveau chaque jour avec Félix Vallotton.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour
Stand côté soleil.
Stand côté soleil.

Le soleil était nouveau à Fleury d'Aude ce dimanche 11 septembre pour la journée ART D'ICI et ART D'EN FAIR, un chat baromètre annonçait même 44° dans un stand à côté du mien. Les exposants avaient sorti parasols et chapeaux pour l'occasion.

La journée a été belle avec de jolies rencontres ,des rires en pagaille, de la musique et Guillaume Apollinaire qui veillait sur moi (photos).

Je remercie la médiathèque de Fleury pour leur très grande gentillesse et Monsieur Guy Sié maire de la commune qui a été intéressé par mon livre.

J'ai aimé cette journée où l'entraide a été au rendez-vous pour que chacun vive au mieux ces heures passées sous la canicule.

La fête était au rendez-vous avec des animations musicales diverses. Je garderai en mémoire le passage de LA RUMEUR pleine de fantaisie et de qualité musicale ( Cliquer : Compagnie La Rumeur - Spectacle de rue, promeneur de piano & opéra) avec un programme de chansons rétro comme je les aime. J'ai beaucoup pensé à Jacques Ibanès quand la soprano a chanté Idylle en forêt de Francis Blanche puisqu'il interprète aussi cette chanson dans un de ses programmes.

Oui, le soleil était nouveau au cœur de cet été indien...d'où ma rotation autour de l'astre durant toute la journée.

Stand côté ombre en compagnie d'un CHAT-LIGRAMME et d'un extrait de texte d'Apollinaire qui me correspond tout à fait.

Stand côté ombre en compagnie d'un CHAT-LIGRAMME et d'un extrait de texte d'Apollinaire qui me correspond tout à fait.

Rencontre avec Guy Sié maire de Fleury. Stand côté Art d'en Face.

Rencontre avec Guy Sié maire de Fleury. Stand côté Art d'en Face.

Ambiance bandas à la pause méridienne.

Ambiance bandas à la pause méridienne.

La rumeur arrive pour un des plus jolis moments de la journée...

La rumeur arrive pour un des plus jolis moments de la journée...

La pianiste joue sur un Pleyel roulant...

La pianiste joue sur un Pleyel roulant...

La soprano interprète Idylle en forêt de Francis Blanche.

La soprano interprète Idylle en forêt de Francis Blanche.

Petite maison sous les roses, dans la forêt de Rambouillet...

Petite maison sous les roses, dans la forêt de Rambouillet...

Couché dans le foin avec le soleil pour témoin... de Mireille et Jean Nohain.

Couché dans le foin avec le soleil pour témoin... de Mireille et Jean Nohain.

Mille bravos! Quel talent! Départ jazzy...

Mille bravos! Quel talent! Départ jazzy...

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour
Le soleil est nouveau chaque jour : Tango argentino (extrait)

"... Elle aimait cette danse où les deux partenaires marchent dans la même direction avec leurs corps qui palabrent…Elle découvrait le poète Matias Rojas de Oquendo, Celedonio Flores, et l’admirable Sarah Malbec l’ami du chilien Pablo Neruda. Elle devint tanguera, elle voulait arrondir ses mots sur les rythmes de milongas d’une très grande élégance. Elle raconta…

Peau à peau

Ils tanguent au son d'un bandonéon

Venu du fond des âges

Mélopée méridienne

Ils tanguent en Terre de feu

Sur leurs désirs inassouvis

Tango de l'âme

Tango de larmes

Tango tout court

Ils chaloupent au rythme lancinant de leur rêve.

Peau à peau

Leurs corps chanteront Aristimuno

Et Eduardo Falu

Mélopée sensuelle

Ils tanguent en Piazzola

Leurs corps aimés entrelacés

Tango de l’âme

Tango de charme

Tango d’amour

Ils tanguent comme la lumière du soleil sous la peau

Peau à peau

Ils dansent des doubles croches improvisées

Des mesures à deux temps

Valses et milongas

Ils tanguent à l’infini

Sur leur désir d’Aconcagua

Tango désir

Tango soupir

Tango tout court

Ils chaloupent au rythme lancinant de leur rêve.

Son Bel Ami mit le texte en musique et chanta. Dans le café d’un quartier de Buenos Aires une artiste interprèta avec sensualité ces mots devenus argentins.

Piel a piel

Tanguean al son de un bandoneón

Venido desde el fondo de los siglos

Melopea meridiana

Tanguean en Tierra del Fuego

Sobre sus deseos insatisfechos

Tango del alma

Tango de lágrimas

Simplemente tango

Se balancean al ritmo lancinante de su sueño

Piel a piel

Sus cuerpos cantarán a Aristimuño

Y a Eduardo Falú

Melopea sensual

Tanguean en Piazzolla

Con sus cuerpos amados entrelazados

Tango del alma

Tango de encanto

Tango de amor

Tanguean como la luz del sol bajo la piel

Piel a piel

Danzan semicorcheas improvisadas

Compases de dos por cuatro

Valses y milongas

Tanguean hasta el infinito

Sobre su deseo de Aconcagua

Tango deseo

Tango suspiro

Simplemente tango

Se balancean al ritmo lancinante de su sueño. "

Information:

Ce texte a été mis en musique par Jacques Ibanès et traduit par Lisette Smeck qui vit à Buenos Aires. Les mots sont devenus chanson.

Tango argentino interprété par Jacques Ibanès.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour
Le soleil est nouveau chaque jour à L'Île Maurice.

La sortie d'un livre est toujours un moment très fort pour un auteur et lorsque ce livre s'achemine vers des contrées lointaines, c'est l'euphorie. Je remercie ma lectrice du bout du monde pour ses cartes postales particulières envoyées de Tamarin ( L'Île Maurice) où le soleil est nouveau chaque jour aussi là-bas, au bord de l'Océan Indien...

Un autre exemplaire voyage actuellement en direction de Montréal au Québec. J'espère vous donner prochainement des nouvelles.

Je profite de ce message pour remercier mon ami Gérard A. qui m'a offert un magnifique bouquet de tournesols lors de la sortie du livre.

Le soleil est nouveau chaque jour à L'Île Maurice.
Le soleil est nouveau chaque jour à L'Île Maurice.
Le soleil est nouveau chaque jour à L'Île Maurice.
Le soleil est nouveau chaque jour à L'Île Maurice.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Le soleil est nouveau chaque jour
 LE SOLEIL EST NOUVEAU CHAQUE JOUR - PREMIERS EXTRAITS

LE SOLEIL EST NOUVEAU CHAQUE JOUR est publié aux EDITIONS LE SERPOLET.

Voici le premier message concernant ce livre suivi de quelques extraits.

Alexandra Ibanès est une femme d’un autre temps. On se dit qu’elle doit parler une langue nouvelle et inusitée. Elle parle d’amour, ça pourrait être banal ; oui, mais c’est aussi nouveau, comme le soleil qui est nouveau chaque jour.

Son texte a quelque chose d’irréel ; c’est tantôt un poème, et tantôt une histoire, une suite romanesque. Cette femme aime et connait la musique, celle que son Bel ami invente pour elle. Elle a découvert cet homme (où, quand ?...), il l’a conquise. Elle est érudite, mais sans abuser de sa mémoire, ni abuser de son savoir.

Donc, cette femme, je ne la connais pas. Mais quelle force, quel beau texte elle a su écrire… Heureusement qu’ils se sont trouvés, ces deux-là, « … dans les Corbières ».

Je l’imagine, j’imagine sa main, j’imagine qu’elle écrira encore et inventera encore. Elle sera avec ses chats, qui seront au nombre de trois ; et –comme elle dit- ces trois chats n’auront rien d’autre à faire qu’à gavotter en toute impunité et en silence. Elle se tiendra très près de Bel ami, elle dira mille fois qu’elle est avec lui dans le cœur du monde. Elle lui récitera ces trois vers :

« Etre unis c’est le bout du monde

Le cœur de l’homme s’agrandit

Le bout du monde se rapproche… » (Eluard)

Et ‘’Bel ami’’ sourira et dira oui. Et tous les deux s’envoleront ‘’vers les chemins de l’enfance…’’

Je ne connais pas Alexandra, certes. Mais je sais une chose : elle est vivante.

EXTRAITS

LA CHOSE

"Saadi, poète persan du treizième siècle comparait les mots d'un poème aux perles d'un collier. Ces perles sont comme des gouttes de pluis qui tombent du ciel... En m'inspirant de cette belle idée, à chacun de tes poèmes désormais, je glisserai une perle identique à lui, le long d'un cordon. Aucune ne sera identique à sa voisine mais chacune sera semblable à tes effusions de mots. Ce collier sera mon plus beau bijou. Cinq poèmes, cinq perles... cinq trocs. Ainsi naît la chose."

LE BAISER CADOU

Le baiser cadou est impressionniste, léger, heureux. Il se fond dans un rêve aussi bleu qu'un champ de lin. Quand elle embrasse son bel ami, elle tend son cou comme un butor assoiffé, ses lèvres deviennent soie, sa bouche devient fleur de géranium...

LES CIGARETTES D'ISPAHAN

Ils ne pouvaient se voir, ils ne pouvaient s'aimer. Elle lui confectionna alors de délicieuses cigarettes d'Ispahan auxquelles elle ajouta de l'essence de rose pour leur donner l'arôme d'une fleur qu'elle voulait honorer.

Elle en fit neuf, neuf comme les lettres de son prénom, neuf comme les neuf portes d'Apollinaire, neuf comme le monde qui s'ouvrait à eux, neuf comme le nombre de muses nées de neuf nuits d'amour.

Elle lui écrivit à l'encre violette un texte qu'elle partagea en neuf strophes sur neufs bouts de papier parchemin qu'elle glissa dans chacun des biscuits qu'elle avait confectionnés...

DIABOLUS IN MUSICA

La salle a pour candélabres des stalactites et des stalagmites centenaires. La cathédrale est enfouie dans ce monde souterrain où se produit le couple d'artistes, l'endroit est insolite et mirifique.

Pour aller écouter le concert dans les entrailles de la terre, ils descendent dans un monde aux antipodes de celui dans lequel ils vivent. Ils sont aimantés par ce monde irréel où va exploser la musique mise à nue sans aucun artifice.

Dans ce berceau primitif de monde dans lequel l'homme se sent étranger , va être interprétée la plus belle prière de Mendelssohn. La contralto dans la lumière d'outre -terre , est une colombe dans sa robe de soie et d'organdi. Son mari l'accompagne à l'orgue...

LA LETTRE

" C'est assez incroyable ce qui m'arrive, je n'ai jamais si peu possédé et je suis riche comme jamais. Ce sentiment de changer le néant en rêves à réaliser est exaltant et jubilatoire, je suis heureuse de le partager avec toi qui semble avoir si bien compris ce que veut dire substituer le rien au tout...

Quand la vie m'a retiré certaines formes de bonheur, j'ai très vite compris que plus je semblais perdre, plus j'inventais ma vie, je comprenais le monde, je grandissais loin de la cupidité. Si souvent je doute, ce que je t'écris ici est une véritable certitude. Dans notre société bruyante et en perpétuel mouvement où l'on savoure à peine ce que l'on vient d'obtenir, où l'omniprésence du bruit nous empêche parfois de penser, je suis devenue libre en innovant ma vie et en la parsemant de joies multiples que j'ai envie de griotter avec toi, encore longtemps..."

"Aimes-tu danser? Je rêve de valser au moins une fois dans tes bras et de m'envoler avec toi, haut, très haut dans le ciel jusqu'à ce que nous devenions deux anges de Chagall."

 LE SOLEIL EST NOUVEAU CHAQUE JOUR - PREMIERS EXTRAITS

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Ecrire, #Le soleil est nouveau chaque jour
 Le soleil est nouveau chaque jour - Editions Le Serpolet.

Recevoir le prototype de mon prochain livre LE SOLEIL EST NOUVEAU CHAQUE JOUR, corriger quelques coquilles et virgules et profiter du printemps en attendant la publication...

Redevenir héliotrope le temps d'une dernière relecture et me tenir, à nouveau, de page en page auprès de mon Bel Ami dans un parfum fulgurant de plaisir et de volupté...

Revivre par les mots mes bonheurs passés, présents et à venir avec un regard net comme un tournesol et me souvenir de ce poème qui a guidé inconsciemment mon écriture...

Mon regard est net comme un tournesol

Mon regard est net comme un tournesol,
J’ai l’habitude d’aller par les chemins,
Jetant les yeux à droite et à gauche,
Mais en arrière aussi de temps en temps…
Et ce que je vois à chaque instant
Est ce que jamais auparavant je n’avais vu,
De quoi j’ai conscience parfaitement.
Je sais éprouver l’ébahissement
De l’enfant qui, dès sa naissance,
S’aviserait qu’il est né vraiment…
Je me sens
né à chaque instant
À l’éternelle nouveauté du Monde…

Je crois au monde comme à une pâquerette,
Parce que je le vois. Mais je ne pense pas à lui
Parce que penser c’est ne pas comprendre…
Le Monde ne s’est pas fait pour que nous pensions à lui
(penser c’est avoir mal aux yeux)
Mais pour que nous le regardions av
ec un sentiment d’accord…

Moi je n’ai pas de philosophie : j’ai des sens…
Si je parle de la Nature, ce n’est pas que je sache ce qu’elle est,
Mais parce que je l’aime, et je l’aime pour cette raison
Que celui qui aime ne sait jamais ce qu’il aime,
Ni ne sait pourquoi il aime, ni ce
que c’est qu’aimer…

Aimer, c’est l’innocence éternelle,
Et l’unique innocence est de ne pas pe
nser.

Fernando Pessoa

Aimer, c’est l’innocence éternelle,
Et l’unique innocence est de ne pas penser...

LE SOLEIL EST NOUVEAU CHAQUE JOUR est un ensemble de dix-huit épisodes de moments intenses de ma vie, saisis au vif de la ferveur d'aimer.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ecrire, #Le soleil est nouveau chaque jour
Le soleil est nouveau tous les jours. A paraître...

Le soleil est nouveau chaque jour paraîtra en 2016 aux Editions Serpolet. Quelle joie de publier ce livre sur l'amour et le bonheur.

Quand je cherchais un éditeur, un auteur avait lu le tapuscrit et avait écrit ceci :

Alexandra Ibanès est une femme d’un autre temps. On se dit qu’elle doit parler une langue nouvelle et inusitée. Elle parle d’amour, ça pourrait être banal ; oui, mais c’est aussi nouveau, comme le soleil qui est nouveau chaque jour.

Son texte a quelque chose d’irréel ; c’est tantôt un poème, et tantôt une histoire, une suite romanesque. Cette femme aime et connait la musique, celle que son Bel ami invente pour elle. Elle a découvert cet homme (où, quand ?...), il l’a conquise. Elle est érudite, mais sans abuser de sa mémoire, ni abuser de son savoir.

Donc, cette femme, je ne la connais pas. Mais quelle force, quel beau texte elle a su écrire… Heureusement qu’ils se sont trouvés, ces deux-là, « … dans les Corbières ».

Je l’imagine, j’imagine sa main, j’imagine qu’elle écrira encore et inventera encore. Elle sera avec ses chats, qui seront au nombre de trois ; et –comme elle dit- ces trois chats n’auront rien d’autre à faire qu’à gavotter en toute impunité et en silence. Elle se tiendra très près de Bel ami, elle dira mille fois qu’elle est avec lui dans le cœur du monde. Elle lui récitera ces trois vers :

« Etre unis c’est le bout du monde

Le cœur de l’homme s’agrandit

Le bout du monde se rapproche… » (Eluard)

Et ‘’Bel ami’’ sourira et dira oui. Et tous les deux s’envoleront ‘’vers les chemins de l’enfance…’’

Je ne connais pas Alexandra, certes. Mais je sais une chose : elle est vivante.

Voir les commentaires