Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Articles avec #editions l'art d'en face catégorie

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE
Et si on ouvrait le livre?

Tristan m'a aidée ce dimanche à ouvrir le livre d'images d'Un Eté à l'Iris de Suse pour réaliser ce petit diaporama...

Je suis heureuse de vous ouvrir les portes de mon hymne à la vie, à l'amour, à l'amitié ,à la poésie, au cinéma, aux bonheurs simples.

Et comme dirait Dominique Lemaire auteur chez Gallimard et L'Âge d'homme:

"J'ai lu au fil des pages de votre journal à quel point vous étiez douée pour le bonheur et l'amitié. Les gens, les paysages les musiques et les mots vous sont toujours des cadeaux.
Heureux pays où les moustiques sont des amis et où les mouches dansent !
Bien heureuse celle qui aime jusqu'aux mouches et aux moustiques."

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Editions L'ART D'EN FACE, #Un été à l'Iris de Suse, #Ils ont dit:, #Presse
Baptême de L'Art d'en Face

C'était Dimanche au Château de Rieux -Minervois...Notre fée Mitoune, Marie Rouanet, était là pour fêter le baptême des Editions de l'Art d'en Face et la sortie des livres tout juste sortis de chez l'imprimeur.

Le public était au rendez-vous, un rendez-vous d'amour et de décennies de fidélité. C'est qu'elle est aimée Marie! La veille à Sète tout le monde espérait la voir (nous étions aux Automn'halles) ...

De biens belles lectures ont été faites avant une présentation de la maison d'édition et de mon livre qui y est publié. Pour ma part, le public fut très chaleureux et très aimant. Un souvenir inoubliable. "Il ne faut pas rêver sa vie mais vivre ses rêves" aime dire Charles Trenet. Voilà, c'est fait, c'était dimanche!

http://revue-texture.fr/mes-lectures-2015.html

Toute l'équipe de L'Art d'en Face tient à remercier les Théophanies de nous avoir permis de faire cette rencontre dans leur beau château. Même le chat Homère était là dans toute sa majestuosité! Merci aussi, bien sûr, à Marie Rouanet pour toute sa confiance et sa gentillesse.

PARU hier dans la revue texture (+ de 1000 connexions par jour)

Les Editions de L’Art d’en Face sont nées

Beaucoup disparaissent, comme les revues. Alors, quand une nouvelle maison d’édition voit le jour, on ne peut que se réjouir et la saluer. Saluons donc « L’art d’en face », une maison associative (7, rue de Varsovie. 11100 Narbonne) qui vient de naître.
Dans le berceau, trois titres, dont « Des femmes » signé Marie Rouanet qui est d’ailleurs la marraine de la maison d’édition et a porté l’aventure sur les fonts baptismaux ce dimanche 27 septembre au Château de Rieux-Minervois. Son livret réunit deux évocations de la vie paysanne, l’aparté des femmes après le repas du dépiquage et une fermière dépeçant un renard en se remémorant ses amours. L’écriture superbe de Marie Rouanet met les sens en éveil et rend avec malice toute la duplicité et la vitalité sensuelle des êtres dont elle raconte les riches heures. De vrais tableaux, un vrai régal. A ne pas rater ! (38 pages. 8 euros).

Autre titre, « Un été à l’Iris de Suse » d’Alexandra Ibanès. Il s’agit cette fois d’un journal où l’auteure dit son amour pour son homme, pour son fils, pour leur maison (l’Iris de Suse, ainsi baptisée car il s’agit de passionnés de Giono), pour ce village de la Montagne Noire, Castans, où cet été-là on tourne un film. Pour tous les amis de passage aussi, les randonnées dans les montagnes alentour, dont le Quiersboutou qui ferme l’horizon, les recettes d’une cuisine qui se mitonne face au jardin, l’apéritif maison, le kina-karo, sans oublier la musique (Alexandra est la femme du poète et chanteur Jacques Ibanès) ni surtout les livres qui occupent toutes les pièces de la vaste demeure ! De quoi rédiger au jour le jour les chroniques du bonheur. (122 pages. 12 euros).

http://revue-texture.fr/mes-lectures-2015.html

Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face
Baptême de L'Art d'en Face

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ils ont dit:, #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE
Un été à l'Iris de Suse du côté de chez Fiorio

« L’essentiel est bien que la vie soit de la poésie en action ! » Serge Fiorio

Serge Fiorio est un peintre italien d'origine piémontaise. Son père était cousin de Jean Giono. Il s'était installé après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes-de-Haute-Provence, à Montjustin où il a vécu et peint de 1947 à 2011.

Trouvé aujourd'hui sur le blog consacré au peintre.

blog sur SERGE FIORIO - Canalblog

sergefiorio.canalblog.com/

28 janv. 2014 - Actualités de l'œuvre et biographie du peintre Serge Fiorio par André Lombard et quelques autres rédactrices ou rédacteurs, amis de l'artiste ...

Si L'Iris de Suse est devenu ici le nom d'une maison, d'un hâvre de paix où se retrouver - au sens propre comme au figuré - le journal demeure l'une des formes, parmi les plus spécifiques et efficaces, de l'autoportrait.

Celui-ci est tout en facettes saisies à travers le miroir du déroulement des jours en une seule saison et sur une aire géographique limitée, mais profondément sensible au reste du monde et fidèle à la présence des autres, à celle de l'être aimé, cet alter ego par excellence, aux richesses de l'enfance aussi à travers celle du fiston, à la présence prégnante, encore sauvage elle, primitive, tutélaire, du Quiersboutou qui est à la fois réserve naturelle à portée du regard - sans jeu de mot - depuis L'Iris et Montagne de l'âme, en quelque sorte, qu'il est bon d'ascensionner par tous les temps, même en été.

Fruit d'une quête, tout ce qui fait la chair, le suc et l'esprit d'une journée à la campagne, bien remplie à ras-bord, est ici partagé de grand cœur en ces pages d'écriture sans repentirs ni affèterie d'aucune sorte. C'est que, délesté des contraintes professionnelles, sociales, l'esprit peut, en ce lieu privilégié, chaque jour librement disposer d'envols vers des rêves féconds où faire - volontairement ou pas - éclore le plaisir de vivre au présent pour y goûter de tout son être, de toute son âme, l'ici et maintenant et l'instant pur quand il se présente. Bouddhisme à haute dose dans ce que nous raconte et confie l'auteur !

Comme l'indique son titre, le temps du livre est celui d'une seule et unique saison : pour notre bonheur, il nous en restent donc logiquement encore trois à lire !

Loin du sérail et des circuits parisiens, Marie Rouanet est l'heureuse marraine de cette nouvelle maison d'édition; elle y publie elle-même un recueil de nouvelles acerbes : Des femmes.

André lombard

Voir les commentaires

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ils ont dit:, #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE
Un carrousel de petites joies par Annie Delpérier

Annie Delpérier est une femme de lettres et de radio, traductrice et conférencière, elle préside depuis 1987 la « Société des Amis de la Poésie de Bergerac ».
Elle dirige la revue « La Toison d’Or », les collections « Le Poémier de Plein Vent » et « Le Poémier des Succulences ».

Elle collabore en qualité de critique littéraire aux revues « Le Journal du Périgord » et « L’Avenir du passé ». Elle a traduit : « Eau Stellaire » du poète vénézuélien Victor Manuel Crespo (éditions Le poémier de Plein Vent) et « Spirit Walker » de l’américaine Nancy Wood.

Au sujet de L'été à L'Iris de Suse, elle a écrit:

"J’ai passé la nuit à l'Iris de Suse, plongée dans ce petit monde gorgé de joie de vivre et de merveilleuses rencontres. Quel gâteau de soleil ! Un mille feuille du bonheur ! À lire ce journal, une évidence s’impose : le bonheur n’est pas une recette. C’est un don. Et naturellement, l’homme de la vie de l'auteure, cet esthète pétri de talents - haut épicurien s’il en est – exalte, comme avec ce livre, un désir de célébration des saisons à ses côtés.

J’ai passé des heures dans la joie des retrouvailles avec ces amis que furent Yves Rouquette, Frédéric Jacques Temple et Jean Joubert – Ô surtout - si souvent venus à Bergerac.

J’ai retrouvé Delteil, chez qui mon père allait tous les deux ou trois ans manger le civet de lapin, et qui le chargeait au moment du départ de livres dédicacés dont il ne savait plus que faire ! Je les garde aujourd’hui sur un rayon particulier de ma bibliothèque.

J’ai retrouvé Le tour de France par deux enfants, que je lisais, enfant, chez ma grand-mère, et qui est installé, depuis belle lurette, là ou le roi va tout seul. Pour ceux, qui, comme Ernest Hemingway font de leur passage en ces lieux, un temps de détente littéraire.

Ce journal estival, décontracté comme un vacancier pieds nus sur sa terrasse, à l’ombre d’une treille, décline tout un carrousel de petites joies de qualité, dont certains ont perdu jusqu’à l’idée qu’elles puissent exister."

Voir les commentaires

Publié le par alexandra ibanès
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE, #Ils ont dit:, #21 nuits avec Pattie
Premiers témoignages d'un été à l'Iris de Suse

C'est avec un immense bonheur que je viens de découvrir les impressions de mes premiers lecteurs.

Catherine Dagois (Duo Canticel)

"Félicitations pour ton livre qui est beaucoup plus qu'un journal, avec un air de ne pas y toucher. Ce récit plein de tendresse et de légèreté révèle une merveilleuse philosophie de vie profonde, lumineuse, et qui fait preuve d'une grande maturité un véritable remède contre la morosité, à lire absolument !Et si je transpose musicalement je dirais encore, tout à fait dans l'esprit d'un compositeur comme Erik Satie, un bel imaginaire qui ne vous écrase pas par sa grandeur mais au contraire vous encourage à vivre pleinement le bonheur tel qu'il se présente."

Christine Cabantous (Fais un noeud à ton mouchoir - Editions du Mont)

"Un été à l'Iris de Suse, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas posée en journée avec un livre à la main, toute pleine du plaisir de lire. Et puis là, qu'est ce que je lis ? Alexandra qui avec un naturel et une fraîcheur nous dit appartenir à la race des joyeux et ne nous parle que de ... PLAISIR ! Et zut alors, lamas, abeilles, pommiers et amandiers attendront bien 24 heures ! Moi non je n'attendrai pas de goûter au plaisir de lire les plaisirs d'un été ! Le plaisir d'aimer, de rencontrer, de partager, de découvrir, de s'émerveiller, de sentir, de goûter ... La vie simplement ... On oublie parfois que c'est si bien ! Alexandra par ce journal m'a fait un bien fou !!!"

Je signerai prochainement mon livre aux Automn'halles de Sète (Samedi 26 Octobre ) à la table des éditions de L'ART D'EN FACE puis serai présente au château de Rieux Minervois le Dimanche 27 Septembre au récital de Marie Rouanet qui vient marrainer notre maison, j'y présenterai mon livre... Puis encore de bonnes nouvelles , mais chut, trop d'informations tuent l'information!

Un de mes lecteurs préférés (en toute objectivité bien sûr!)

Un de mes lecteurs préférés (en toute objectivité bien sûr!)

Apollinaire et la naissance de L'art d'en face aux Synodes de Narbonne (Samedi 19 septembre). J'adore cette photo impressionniste.

Apollinaire et la naissance de L'art d'en face aux Synodes de Narbonne (Samedi 19 septembre). J'adore cette photo impressionniste.

Premiers témoignages d'un été à l'Iris de Suse

Voir les commentaires

Publié le par alexandra IBANES
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE, #Ecrire
Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?

Les moments passés à L'Iris de Suse sont inoubliables , ce sont de véritables pieds de nez à la morosité ambiante, à l'hypocrisie et à la laideur. Dans cette maison ouverte au bonheur, nous sommes loin des miasmes de l'existence.

J'ai voulu, durant un été, écrire un journal pour rendre un hommage à l'amitié, à la beauté, à l'art et à la littérature. C'est mon cri d'amour à la vie et à la renaissance. LE LIVRE SERA TRES BIENTÔT DISPONIBLE.

TEMOIGNAGES :

Après la visite de la maison qui a une âme, qui respire la poésie, de bons repas naturels préparés avec attention, la visite aux lamas, des échanges stimulants, un petit tour au tournage...nous apprécions beaucoup l'accueil de nos hôtes avec le cœur et la raison. Des moments tels qu'on les aime sur les chemins de la vie.

MICHEL ET JOANNE

Sous le ciel de Castans: un souffle musical, des mots aquarelle, des échappées belles de parfums lilas, une indolente chaleur qui se pose un instant au sommet de Quiersboutou.

BELETTE

Couleurs , parfums et sensations sont les meilleurs ambassadeurs de "L'Iris de Suse" !! Mais comment plaquer les couleurs? Comment dessiner les parfums et faire vibrer les sensations? Seule la magie de l'amitié peut produire ce miracle remplaçant le mot défaillant ou trop exigu afin de continuer le beau et le grand dans le même émerveillement.Levons notre coupe pleine des fragiles palpitations de présent fugitif et célébrons l'amitié et la fraternité.

CLAUDE ET ODILE

Montagne noire, forêt noire, montagne aux lamas, altitude gastronomique avec, aux fourneaux, le poète aux vieux godillots.

ROBERT

Restez humblement heureux!

BERNARD B.

On arrive dans ce village du bout du monde en se demandant par quelle lubie on peut choisir d'y habiter si on n'y est pas né et dès que les hôtes de L'Iris de Suse vous ouvrent leur porte, on comprend: un autre univers se dévoile, fait d'hospitalité authentique, de fine gentillesse, du charme des vieilles maisons d'antan avec leurs planchers et leurs escaliers qui gémissent sous les pas.Toute cette chaleur humaine qui emplit la maison réjouit le cœur (...). Loin du bruit du monde , on se sent pourtant tout près de ce que la vie à de plus précieux: l'échange, la confiance, la présence, la quête de beauté, le bonheur de riches moments partagés.

PIERRE BARTHE

Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?
Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?
Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?
Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?
Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?
Ecriture d'un partition pour violoncelle.

Ecriture d'un partition pour violoncelle.

Partition écrite par Tristan 10 ans. Suite de l'Iris de Suse pour 2 cordes.

Partition écrite par Tristan 10 ans. Suite de l'Iris de Suse pour 2 cordes.

Manger les framboises comme Amélie Poulain.

Manger les framboises comme Amélie Poulain.

Pourquoi "Un été à l'Iris de Suse"?

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE, #21 nuits avec Pattie
A paraître : Un été à l'Iris de Suse

Comme tous les étés à Castans, petit village de la Montagne Noire, il y a de la pluie et du beau temps, des champignons qui poussent, des amis qui s’arrêtent à l’Iris de Suse, la grande maison où Alexandra, Jacques, Tristan et Choupette ont élu domicile.

Le Quiersboutou est à sa place, le kina-karo (délicieux apéritif languedocien) au frais, les criquets à l’orchestre et les vers luisants à la régie lumière.

Cette année-là, les camions d’une société de production de films se sont installés et on tourne…

EXTRAITS:

« Montherlant dit que la vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on commence à ne plus la prendre au sérieux. Je brandis pour ma part des étendards de fantaisie, de poésie, d'inventivité. Il faut savoir profiter et s'adapter à tout ce qui est offert, même s'il y des contraintes, même si ce n'est pas ce qu'on avait imaginé, la vie devient alors cocasse, drôle et tellement exaltante.

J'aime me réveiller le matin dans des éclats de rire.

Ne pas se prendre au sérieux, inventer son histoire à venir sans modération procure du bonheur, le rêve est éveillé, on sait qu'il s'agit d'un rêve et c'est tellement bon. Dans ces voyages imaginaires, il ne faut pas se perdre et il faut garder son bon sens. Cette petite philosophie de la vie me permet de mieux supporter la misère du monde et de faire un pied de nez aux mensonges convenus et à l'hypocrisie. »

« Ce soir, nous dînons avec un concert de criquets et à la lueur d'un ver luisant qui fait de l'œil à une lune gibbeuse. Choupette tente une lampée de vin rouge. »

« En début de soirée, je me rends à la salle polyvalente où est attendue une centaine de figurants. Je remplis les dernières démarches administratives, je signe mon contrat qui n’a rien à voir avec celui offert au célèbre Schpountz de Marcel Pagnol et auquel je ne peux pas m’empêcher de penser. Celui-ci avait des indemnités pour les maladies (pieds gelés, fièvre jaune, lèpre, béri-béri ou morsurse de phoques) qu’il aurait pu contracter dans des pays étrangers lors de différents tournages, et en monnaie locale à chaque fois.

Rien de tout ça dans mon véritable contrat, je suis soulagée! »

« Très vite, on vient me chercher pour mon « premier rôle » qui consiste à être assise sur la murette de l’escalier que doit emprunter Isabelle Carré. Puis, je fais de nombreux allers-retours vers la buvette où je dois embrasser des amis que je suis heureuse de retrouver et que bien-sûr, je n’avais jamais rencontrés avant aujourd’hui. Nous devenons vite complices (…) A minuit, on nous sert une soupe à l’oignon pour nous réchauffer quand soudain, je suis appelée d’une façon tonitruante sur le plateau car je dois croiser un autre figurant en direction du cimetière, en me pressant comme si j’allais faire pipi. Cette scène d’anthologie sera répétée de nombreuses fois. Plus l’heure avance, plus je m’amuse, je caresse même le bec d’un pingouin. »

L’ouvrage, au prix de 12 euros + 3 euros 50 de port, est à commander directement chez l’auteur : alexandra.collet@sfr.fr

Vous pouvez réserver dès maintenant (sortie prévue fin août).

Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à l’amitié, à l’amour, à Giono, à la littérature, au cinéma. Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à la vie.

Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à l’amitié, à l’amour, à Giono, à la littérature, au cinéma. Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à la vie.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Vivre livre, #Ecrire, #Editions L'ART D'EN FACE, #Un été à l'Iris de Suse
Les éditions L'ART D'EN FACE

Les éditions L'ART D'EN FACE vont donner naissance prochainement à trois ouvrages qui seront de trois femmes: La romancière, chroniqueuse et chanteuse Marie Rouanet (la marraine de cette nouvelle structure), Marie-Pierre Molinier et moi-même..

Les éditions l'art den face c'est:

1.Le bonheur de lire et de choisir des textes qui ne laisseront pas les futurs lecteurs indifférents et qui seront une littérature sans frontière de lieu, ni de temps.

2.Le bonheur de partager à travers les mots des émotions où la vie palpite, de défendre des idées, de défricher l'âme humaine.

3.Le bonheur de fabriquer le livre en étant très exigeant sur la mise en page, la police de caractères, une virgule, un titre, la qualité du papier, l'illustration de la couverture. Les correcteurs traqueront de façon impitoyable les fautes d'orthographe et les coquilles .

4.Le bonheur d'avoir une unité éditoriale avec une grande diversité de textes.

5.Le bonheur de publier des récits, des essais,des poèmes, des nouvelles... pour les faire partager au plus grand nombre de lecteurs dans un esprit de convivialité.

Cette structure associative à but non lucratif a été créée en 2015. Le choix des publications est arrêté à l'unanimité par un comité de lecture indépendant. La diffusion des livres publiées se fait par correspondance, chez les librairies amies, dans les salons du livre.

bonjour; je viens de lire "La marche lente des glaciers" et j'ai BEAUCOUP aimé. je connaissais la voix de Marie Rouanet, entendue il y a plusieurs années à la radio, je viens de lire sa parole, avec un grand bonheur. je note l'adresse de ce blog.


Danielle

Voir les commentaires