Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Articles avec #21 nuits avec pattie catégorie

Publié le par alexandra ibanès
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE, #Ils ont dit:, #21 nuits avec Pattie
Premiers témoignages d'un été à l'Iris de Suse

C'est avec un immense bonheur que je viens de découvrir les impressions de mes premiers lecteurs.

Catherine Dagois (Duo Canticel)

"Félicitations pour ton livre qui est beaucoup plus qu'un journal, avec un air de ne pas y toucher. Ce récit plein de tendresse et de légèreté révèle une merveilleuse philosophie de vie profonde, lumineuse, et qui fait preuve d'une grande maturité un véritable remède contre la morosité, à lire absolument !Et si je transpose musicalement je dirais encore, tout à fait dans l'esprit d'un compositeur comme Erik Satie, un bel imaginaire qui ne vous écrase pas par sa grandeur mais au contraire vous encourage à vivre pleinement le bonheur tel qu'il se présente."

Christine Cabantous (Fais un noeud à ton mouchoir - Editions du Mont)

"Un été à l'Iris de Suse, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas posée en journée avec un livre à la main, toute pleine du plaisir de lire. Et puis là, qu'est ce que je lis ? Alexandra qui avec un naturel et une fraîcheur nous dit appartenir à la race des joyeux et ne nous parle que de ... PLAISIR ! Et zut alors, lamas, abeilles, pommiers et amandiers attendront bien 24 heures ! Moi non je n'attendrai pas de goûter au plaisir de lire les plaisirs d'un été ! Le plaisir d'aimer, de rencontrer, de partager, de découvrir, de s'émerveiller, de sentir, de goûter ... La vie simplement ... On oublie parfois que c'est si bien ! Alexandra par ce journal m'a fait un bien fou !!!"

Je signerai prochainement mon livre aux Automn'halles de Sète (Samedi 26 Octobre ) à la table des éditions de L'ART D'EN FACE puis serai présente au château de Rieux Minervois le Dimanche 27 Septembre au récital de Marie Rouanet qui vient marrainer notre maison, j'y présenterai mon livre... Puis encore de bonnes nouvelles , mais chut, trop d'informations tuent l'information!

Un de mes lecteurs préférés (en toute objectivité bien sûr!)

Un de mes lecteurs préférés (en toute objectivité bien sûr!)

Apollinaire et la naissance de L'art d'en face aux Synodes de Narbonne (Samedi 19 septembre). J'adore cette photo impressionniste.

Apollinaire et la naissance de L'art d'en face aux Synodes de Narbonne (Samedi 19 septembre). J'adore cette photo impressionniste.

Premiers témoignages d'un été à l'Iris de Suse

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE, #21 nuits avec Pattie
A paraître : Un été à l'Iris de Suse

Comme tous les étés à Castans, petit village de la Montagne Noire, il y a de la pluie et du beau temps, des champignons qui poussent, des amis qui s’arrêtent à l’Iris de Suse, la grande maison où Alexandra, Jacques, Tristan et Choupette ont élu domicile.

Le Quiersboutou est à sa place, le kina-karo (délicieux apéritif languedocien) au frais, les criquets à l’orchestre et les vers luisants à la régie lumière.

Cette année-là, les camions d’une société de production de films se sont installés et on tourne…

EXTRAITS:

« Montherlant dit que la vie devient une chose délicieuse aussitôt qu'on commence à ne plus la prendre au sérieux. Je brandis pour ma part des étendards de fantaisie, de poésie, d'inventivité. Il faut savoir profiter et s'adapter à tout ce qui est offert, même s'il y des contraintes, même si ce n'est pas ce qu'on avait imaginé, la vie devient alors cocasse, drôle et tellement exaltante.

J'aime me réveiller le matin dans des éclats de rire.

Ne pas se prendre au sérieux, inventer son histoire à venir sans modération procure du bonheur, le rêve est éveillé, on sait qu'il s'agit d'un rêve et c'est tellement bon. Dans ces voyages imaginaires, il ne faut pas se perdre et il faut garder son bon sens. Cette petite philosophie de la vie me permet de mieux supporter la misère du monde et de faire un pied de nez aux mensonges convenus et à l'hypocrisie. »

« Ce soir, nous dînons avec un concert de criquets et à la lueur d'un ver luisant qui fait de l'œil à une lune gibbeuse. Choupette tente une lampée de vin rouge. »

« En début de soirée, je me rends à la salle polyvalente où est attendue une centaine de figurants. Je remplis les dernières démarches administratives, je signe mon contrat qui n’a rien à voir avec celui offert au célèbre Schpountz de Marcel Pagnol et auquel je ne peux pas m’empêcher de penser. Celui-ci avait des indemnités pour les maladies (pieds gelés, fièvre jaune, lèpre, béri-béri ou morsurse de phoques) qu’il aurait pu contracter dans des pays étrangers lors de différents tournages, et en monnaie locale à chaque fois.

Rien de tout ça dans mon véritable contrat, je suis soulagée! »

« Très vite, on vient me chercher pour mon « premier rôle » qui consiste à être assise sur la murette de l’escalier que doit emprunter Isabelle Carré. Puis, je fais de nombreux allers-retours vers la buvette où je dois embrasser des amis que je suis heureuse de retrouver et que bien-sûr, je n’avais jamais rencontrés avant aujourd’hui. Nous devenons vite complices (…) A minuit, on nous sert une soupe à l’oignon pour nous réchauffer quand soudain, je suis appelée d’une façon tonitruante sur le plateau car je dois croiser un autre figurant en direction du cimetière, en me pressant comme si j’allais faire pipi. Cette scène d’anthologie sera répétée de nombreuses fois. Plus l’heure avance, plus je m’amuse, je caresse même le bec d’un pingouin. »

L’ouvrage, au prix de 12 euros + 3 euros 50 de port, est à commander directement chez l’auteur : alexandra.collet@sfr.fr

Vous pouvez réserver dès maintenant (sortie prévue fin août).

Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à l’amitié, à l’amour, à Giono, à la littérature, au cinéma. Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à la vie.

Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à l’amitié, à l’amour, à Giono, à la littérature, au cinéma. Un été à l’Iris de Suse, c’est un hymne à la vie.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné, #Les films de Tristan, #Entrée des artistes
FOCUS: Denys Clabaut

Denys Clabaut restera une rencontre très importante dans la vie de Tristan.

C'était l'année dernière, alors que les frères Larrieu tournaient 21 nuits avec Pattie à Castans avec les productions Aréna, lui arrivait avec son projet de faire un film d'animation en une journée avec les enfants du village.

Je ne voulais manquer ça pour rien au monde!

Denys a été très pédagogue, attentif à chacun, charmant, d'une grande patience, il a mis en oeuvre les idées de tous les participants, nous a appris la technique utilisée (le stop-motion) et la finalité informatique pour aboutir au film lui-même. A la fin de la journée, après des milliers de photos prises et mises bout à bout CASTANWOOD était né et présenté sur écran géant en avant première de Jiburo un magnifique film coréen et en présence des frères Larrieu et de leurs techniciens. Tristan avait les yeux mouillés!

Le lendemain ,il commençait ses premiers films d'animation, puis ensuite des diaporamas. Il a de nombreux projets en tête qui sont très créatifs, filmer, produire, réaliser, il ADORE! (Il travaille tout seul!)

Sans la rencontre de Denys, jamais il ne se serait plongé dans ce loisir qui le passionne. Oui, il y a des rencontres qui changent une vie!

NB: En plus ce Denys est génial, il est fan comme la famille Rhinocéros de Tati, Chaplin, Buster Keaton...

En fin d'article tous les films de Tristan.

Qui est Denys Clabaut?

Chargé de mission cinéma aux Amis du Cinoch', Denys Clabaut entretient avec le septième art une passion débordante et une soif inextinguible de la transmettre. Lorsqu'on lui demande à quel lieu il est attaché, Denys aurait tendance à commencer par la magnifique salle 1 du cinéma Colisée, à Carcassonne, désespérément fermée au public depuis des années. À l'extérieur des salles obscures, il aime randonner dans ce département «hautement cinégénique» où Jean-Jacques Beineix a par exemple tourné «37,2° le matin», aux Chalets de Gruissan, et plus récemment Arnaud Larrieu, «21 nuits avec Pattie», à Castans. Depuis son arrivée à Carcassonne, en 2008, Denys est tombé sous le charme des châteaux de Lastours. Un vrai décor de cinéma qu'il aimerait bien voir utilisé dans un scénario contemporain, et pas forcément un film historique. «L'attachement historique à ces lieux fait qu'on a parfois du mal à imaginer qu'on puisse y faire autre chose que des films d'époque», regrette-t-il un peu. Quoi qu'il en soit, «Lastours, j'ai tout de suite été pris pas cette histoire. Comment on y vivait. Chaque fois qu'un réalisateur vient dans l'Aude, je l'emmène à Lastours», explique-t-il. Olivier Ducastel, Nicolas Philibert et Serge Avedikian ont ainsi eu droit à leur petite balade en montagne Noire. Une histoire et un panorama exceptionnels Il faut dire que le cadre est grandiose, dominé par les quatre silhouettes des châteaux de Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux. Édifiés à 300 mètres d'altitude, ils veillent sur le cours de l'Orbiel et le torrent du Grésilhou, dans un paysage sauvage hérissé de cyprès. Depuis le haut Moyen Âge, les châteaux de Lastours constituaient un point de contrôle de l'une des principales voies de circulation de la montagne Noire. Lors de la Croisade contre les Albigeois, ils prirent une importance capitale. Le site est fouillé depuis 1980. Sous la direction de l'archéologue, Marie-Elise Gardel, le village médiéval de Cabaret a été mis au jour. Des fouilles archéologiques menées depuis 1980 sous la direction de Marie-Elise Gardel, ont permis de mettre au jour le village médiéval de Cabaret, haut lieu du catharisme et de la résistance contre les armées croisées. Une centaine de maisons d'habitation et de nombreuses forges constituaient ce «castrum» abandonné du jour au lendemain par les habitants qui ont laissé sur place tous leurs effets et objets. Aujourd'hui aménagé, le site est d'une grande beauté. Il offre un panorama à couper le souffle. On y chemine entre histoire, patrimoine et pleine nature. Ne vous attendez pas à trouver dans le salon de Denys Clabaut des rayonnages chargés de films de tous genres et toutes époques. Quelques-uns sont certes rangés dans trois petits tiroirs mais «un film, pour moi, dit le chargé de mission cinéma aux Amis du Cinoch', c'est fait pour être vu au cinéma, pas à la télé». Alors quand on se fait une toile, chez les Clabaut, ça demande un peu plus d'effort que d'appuyer sur le bouton lecture de la télécommande et de se crever les yeux à lire les sous-titres sur l'écran TV. Il faut pousser le canapé, déplacer le vieux projecteur Debrie MS 24 des années trente, descendre la télé de son meuble pour libérer le mur servant d'écran, brancher le vidéoprojecteur et surtout, voir le film à plusieurs pour le partage des émotions. «J'aime le cinéma pour ce qu'on y voit mais aussi pour ce qu'on y vit». Ce qu'on y vit ? Des rencontres, par exemple. Tiens ! C'est dans une salle du cinéma «Le Moderne», à Carvin, dans son Pas-de-Calais natal, que son père tomba amoureux de l'ouvreuse. Denys ne tarda pas à pousser son premier cri. Denys, on l'observe prévenant, attentif, concerné. Aussi discret à son sujet qu'il devient disert dès qu'il se lance sur Tati, Kiarostami, Burton ou Paradjanov ou sur l'incroyable joie ressentie sur les tournages, comme celui de «21 nuits avec Pattie», d'Arnaud Larrieu, avec Isabelle Carré, Karin Viard, André Dussolier et Sergi Lopez, l'an dernier à Castans. Intarissable sur cette tendresse jamais démentie pour le burlesque dont témoignent les bouquins sur Harold Lloyd ou Chaplin dont sont parsemées les étagères, il avoue un «immense respect pour ce qu'ils ont fait et qui perdure». Denys, on le pressent inquiet du travail bien fait jusque dans les plus infimes détails. On a plaisir, surtout, à voir s'éclairer son regard de gosse émerveillé dès lors qu'il parle cinéma. Et comme Denys Clabaut parle – presque – tout le temps cinéma, sa joyeuse bobine s'anime sans cesse de mille émotions que caresse une voix douce et bienveillante. «Le cinéma, c'est un formidable moyen d'être heureux», juge-t-il et il en constitue une preuve crédible. D'une nature positive et peu encline au conflit, rien d'étonnant à ce qu'il soit devenu l'interlocuteur privilégié de tous les dispositifs d'éducation au cinéma du département, de la maternelle jusqu'au lycée. «Enfant, ça me gênait toujours que les profs nous emmènent au cinéma pour se servir du film seulement comme d'un support de la matière. Moi, je rappelle systématiquement qu'on est sur des pratiques artistiques faisant naître des émotions.» Missionnaire du cinéma Les siennes ne datent pas d'hier. Elles remontent à cette enfance nomade au gré des déménagements de ses parents «pigeons voyageurs». Né il y a 49 ans dans le Nord, Denys a suivi le mouvement à Montpellier, Saint-Affrique, en Guyane, à Paris… «Enfant, je traînais mes parents au cinéma», se souvient-il, lui dont le premier métier fut cuistot. Mais en sortant de l'école hôtelière de Souillac, à 18 ans, une réorientation lui paraît évidente. Instinctivement, comme la luciole au réverbère, il est «allé vers l'image». La photographie, d'abord, le cinéma, irrépressiblement. Peut-être bien par atavisme, d'ailleurs. Un truc incroyable découvert au sujet de son grand-père. Travelling arrière : en 1998, Denys bosse comme animateur socio-culturel à Epinay-sur-Seine. Avec un projo 16 mm, il montre des films aux enfants de la MJC. Ce qu'il faisait d'ailleurs déjà auparavant, dès 1990, pour la cinémathèque de Paris. Grâce à lui des tas de gosses ont découvert «Crin Blanc», «Le Ballon rouge» et combien d'autres… «Montrer aux enfants que tout est réfléchi au cinéma, tout est pensé, calculé, qu'on est manipulé, former les publics». Bref, en 1998, le voyant ainsi transmettre aux autres sa flamme pour le cinéma, la grand-mère de Denys s'en amuse et lui livre cette confidence : son grand-père, mineur de fond dans la fosse 9 de Lens, projetait lui aussi des films de salle en salle. La vie comme un remake En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/26/2094311-denys-clabaut-une-bonne-bobine.html#yHEbDoL6ukxvlBXY.99

FOCUS: Denys Clabaut

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
Nous le savons désormais, le film sortira le 25 NOVEMBRE 2015 !
Voici le synopsis de 21 nuits avec Pattie réalisé par les frères Larrieu:
Au cœur de l’été, Caroline, parisienne et mère de famille d’une quarantaine d’années, débarque dans un petit village du sud de la France. Elle doit organiser dans l’urgence les funérailles de sa mère, avocate volage, qu’elle ne voyait plus guère. Elle est accueillie par Pattie qui aime raconter à qui veut bien l’écouter ses aventures amoureuses avec les hommes du coin. Alors que toute la vallée se prépare pour les fameux bals du 15 août, le corps de la défunte disparait mystérieusement.
Les acteurs: Isabelle Carré, Karin Viard, André Dussolier, Sergi Lopez, Denis Lavant, Laurent Poitrenaux.

INFORMATION DE DERNIERE MINUTE:

D'ici quelques jours , sortira aux EDITIONS L'ART D'EN FACE, mon premier livre qui s'intitule "Un été à l'Iris de Suse".

Il s'agit d'un journal écrit durant tout l'été 2014 qui relate en seconde partie le tournage du film. De nombreuses informations, prochainement....

21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
Soupe aux légumes sur le coup de minuit...Mais c'est Maïté!

Soupe aux légumes sur le coup de minuit...Mais c'est Maïté!

21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
Coucou Jean-Pierre!

Coucou Jean-Pierre!

Isabelle Carré et Laurent Poitrenaux

Isabelle Carré et Laurent Poitrenaux

21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 7
On doit parler! Dès que le micro est au dessus de nous, je fais une pub (digne de celle d'un office du tourisme, pour le village et je ne cesse de demander du...kina karo!

On doit parler! Dès que le micro est au dessus de nous, je fais une pub (digne de celle d'un office du tourisme, pour le village et je ne cesse de demander du...kina karo!

Embrasement de la buvette...Pour moi, le tournage s'achève dans ce beau feu d'artifice.

Embrasement de la buvette...Pour moi, le tournage s'achève dans ce beau feu d'artifice.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 6

Ma première nuit en tant qu'actrice de complément (contrat des productions ARENA s'il vous plait!) fut drôle, merveilleuse et tout et tout... Pas de danse des canards mais danse de la pluie la plupart du temps.

A 5h du mat au moment de rentrer, j'étais encore en pleine forme, vu mon dynamisme, j'étais toujours sollicitée et ça m'a fait beaucoup rire les "Il faut Alexandra C".

J'ai caressé lors du tournage un bec de pingouin, dansé comme une folle à un mètre d'Isabelle Carré que je n'avais pas vue (en hors champ) , rit toute la soirée au milieu des mines déconfites de réaliser que mathématiquement, il est improbable de passer plus de deux secondes à l'écran si encore on a la chance de... Je n'étais pas là pour ça, je me fais seulement durant trois jours mon INTERVISTA.

J'ai eu une pensée émue pour un ancien instit du village devenu un célèbre écrivain dont je suis fan, fan, fan en passant aussi des heures (quand il pleuvait) dans l'une des classes de l'école où il débuta.... Bref ce fut très chouette malgré la pluie et le froid.

Participer au tournage d'un film est une expérience géniale surtout quand le héros principal est un hameau qu'on aime de tout son cœur. Dommage que les figurants ne réalisent pas tous la chance qu'ils ont , mais le français est râleur!

Et bien dansez maintenant!

Et bien dansez maintenant!

Pingouin attitude!

Pingouin attitude!

Pas un seul moment d'ennui, tout est passionnant!

Pas un seul moment d'ennui, tout est passionnant!

Du côté du son...

Du côté du son...

Trois heures et on tourne encore!

Trois heures et on tourne encore!

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
vers fin d'été...
vers fin d'été...

J'attends impatiemment la sortie du film désormais, ce sera au premier trimestre 2015.

Pas de photos du tournage cette fois, mais une fin d'été des frères Larrieu qui raconte le paradis à partir de 3mn sur la vidéo postée ci-dessous.

Quelques films:

Peindre ou faire l'amour avec Sabine Azéma la sublime et Daniel Auteuil, Sergi Lopez

Les dernier jours du monde avec Mathieu Amalric et Catherine Frot, Karine Viard, Sergi Lopez

L'amour est un crime parfait avec Mathieu Amalric et Karine Viard

et bientôt

21 nuits avec Pattie avec Isabelle Carré, Karine Viard, André Dussolier, Sergi Lopez et pour la première fois à l'écran durant, peut-être, un quart de seconde ( !!!!????!!!??) Madame Rhinocéros!

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 4

Le décor du plateau est prêt et je brûle d'impatience de m'y trouver enfin.

Tous les figurants acteurs de complément sont convoqués à la salle polyvalente du village à 18h30 et nous devons apporter deux tenues différentes.

Nous signons les contrats, dînons très tôt et partons tous à pieds (nous sommes une centaine) vers le lieu de tournage à 2 km.

Au loin, j'aperçois mes deux amours qui m'attendent , je suis dans une bulle de bonheur.

Nous serons tous traités comme des rois pendant 3 nuits.

Poulet créole

Poulet créole

La nuit sera longue, il faut prendre des forces.

La nuit sera longue, il faut prendre des forces.

Arrivée à Castans

Arrivée à Castans

Nous sommes tous chouchoutés

Nous sommes tous chouchoutés

A l'habillage!

A l'habillage!

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
On tourne!
On tourne!

Dans les rues du village, c'est l'effervescence, les visages de l'équipe de tournage deviennent familiers.

Depuis toujours je suis passionnée de cinéma mais je n'avais jamais eu jusqu'à présent l'opportunité d'assister à la réalisation d'un film. J'aime les films muets, les classiques des années 40, 50, je suis folle de Tati, Varda-Demy. Woody Allen me fait délirer, j'aime aussi Rohmer, Resnay, Truffaut...sans oublier FeLLini!

Alors quand le cinéma est venu faire toc toc toc à ma porte sans que je ne demande rien, que j'ai su que le village, mes sentiers de randonnée, le lac où aime tant se baigner Tristan allaient être les décors naturels du film, j'ai été très touchée,c'était simplement magique.

Pendant un mois, j'ai souvent pensé à Saint Sévère sur Indre où Tati avait tourné JOUR DE FÊTE, on vivait dans le film malgré nous (et c'était très agréable)

21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 3
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 3
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 3
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 3
21 nuits avec Pattie - actrice de complément clap 3
C'est ici que je vais danser et rire pendant 3 nuits!

C'est ici que je vais danser et rire pendant 3 nuits!

Plans de tomates beckeriens !

Plans de tomates beckeriens !

Il flotte dans l'air des notes de jazz.

Il flotte dans l'air des notes de jazz.

Déco du bal populaire

Déco du bal populaire

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné
SILENCE ON TOURNE
SILENCE ON TOURNE

Le téléphone a sonné, je suis retenue pour 3 nuits qui resteront INOUBLIABLES...On tourne dans les rues du village, on installe le décor du bal où je vais me régaler sur le plateau, rire, rêver, m'amuser comme une petite folle. Je croise Isabelle Carré presque tous les jours, les frères Larrieu, les techniciens (adorables), l'équipe du tournage, nos "nounous". L'ambiance est celle d'une fourmilière, tout le monde regarde le ciel et joue avec les aléas de la météo, on entend " ON TOURNE" "COUPEZ" dans les rues du village, tout le monde travaille dans la bonne humeur , avec simplicité et humilité... Le village est devenu un plateau de cinéma.

IMAGES:

On installe le décor du bal 08/14

On installe le décor du bal 08/14

Tristan et les frères Larrieu le jour de ses dix ans.

Tristan et les frères Larrieu le jour de ses dix ans.

Réflexion avant tournage 08/14

Réflexion avant tournage 08/14

21 nuits avec Pattie - Actrice de complément clap 2
Isabelle Carré 08/14

Isabelle Carré 08/14

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #21 nuits avec Pattie, #Passion ciné

On ne dit pas "figurante" mais actrice de complément...Voici les premières photos du tournage.

J'ai appris qu'on tournait Les 21 nuits avec Pattie (Les frères Larrieu ) le jour de mon anniversaire, je me suis inscrite comme figurante actrice de complément ce jour-là, et j'ai été retenue. Passionnée de cinéma et ayant, en plus d'une autre licence, étudié cet art à la fac, je me suis régalée d'assister au tournage, d'être sur un plateau, et de croiser presque quotidiennement pendant un mois Isabelle Carré, Karine Viard...Il y avait aussi Dussolier et Sergi Lopez .

21 nuits avec Pattie 08/14

21 nuits avec Pattie 08/14

invités un soir à assister au tournage 08/14

invités un soir à assister au tournage 08/14

21 nuits avec Pattie 08/14

21 nuits avec Pattie 08/14

Il fait jour en pleine nuit 08/14

Il fait jour en pleine nuit 08/14

Voir les commentaires