Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Publié le par Ibanès Alexandra
Publié dans : #Passion philo
Naissance du VILLAGE DES P'TITS PHILOSOPHES
Naissance du VILLAGE DES P'TITS PHILOSOPHES

Il y a quelques années alors  que j'animais mensuellement  des débats philo, des parents d'élèves m'ont avoué  qu'ils aimeraient être des petites souris pour écouter leurs enfants qui semblaient "grandir" à vue d’œil et réfléchir, ils les découvraient à la maison sous un nouveau jour.

L'année suivante, je décidais de travailler avec le livre La morale ça se discute de Michel Tozzi (éditions Albin Michel) pour faire du philo théâtre et préparer une pièce à partir de différents extraits où il y aurait des intermèdes qui seraient des réflexions d' enfants en rapport avec les thèmes abordés.

La pièce proposée une seule fois en présence de l'auteur  fut un tabac . Je décidai que désormais il y aurait des traces des débats conduits en classe.

C'est ainsi que cette année, nous avons décider de réaliser un livre de pensées philosophiques qui paraîtra le 21 mai  aux éditions du jais .

Les enfants ont réfléchi sur les sujets suivants:

-L'art, ça sert à quoi?

-Réalité et illusion

-La mémoire

-Les apparences

-La solidarité

-Les préjugés

De très jolis moments sont prévus à la sortie du livre dont le titre a été trouvé par Lucas qui a comparé notre classe à l'Agora des cités antiques, et celui-ci a été illustré par de nombreux élèves.

 

 

Naissance du VILLAGE DES P'TITS PHILOSOPHES
Naissance du VILLAGE DES P'TITS PHILOSOPHES
Naissance du VILLAGE DES P'TITS PHILOSOPHES

Voir les commentaires

Publié le par Ibanès Alexandra
Publié dans : #Passion philo
Deux jours à l'UNESCO

En novembre 2018, je me suis rendue avec Tristan à l'UNESCO pour les journées mondiales des nouvelles pratiques philosophiques à l'école. Nous avons passé deux jours EXTRAORDINAIRES. Voilà17 ans que j'anime des débats à visée philosophique très régulièrement avec mes élèves et voilà 17 ans que ces journées existent, ce fut donc pour moi, une façon de fêter l'anniversaire d'une de mes passions. Tristan et moi sommes revenus chamboulés par tant de belles rencontres. Depuis beaucoup de choses ont évolué dans mes pratiques et j'ai de nombreux projets dans ce domaine. À suivre...

LES NOUVELLES PRATIQUES PHILOSOPHIQUES.

RENCONTRES UNESCO DU 13 AU 16 Novembre

 

« L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l’équation. »

                                     Averroes

 

COMMENT Y REMEDIER ?

 

Du 14 au 16 novembre 2018,  ont eu lieu les rencontres sur les nouvelles pratiques philosophiques à la maison de l’UNESCO à Paris. Elles ont été réalisées grâce au soutien du secrétariat de la jeunesse du Québec, du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, du Consulat général de France au Québec, du collège de Noisy -Le- Grand de l’Académie de Créteil et des services de la Section- Recherche et prospective, Secteur des sciences sociales et humaines UNESCO.

 

Les domaines d’action prioritaires

 

À la suite des attentats de Charlie Hebdo et de la radicalisation de collégiens de Maisonneuve au Québec qui, se sentant victimes d’injustices, de rejet et de non-reconnaissance, étaient partis combattre en Syrie pour répondre à un idéal qu’on leur promettait, Philojeunes a mis au point un projet-pilote visant la prévention du dogmatisme (islamique ?). Il repose sur deux paradigmes :

-la prévention du dogmatisme, du fanatisme et de la radicalisation 

-l’éducation à la citoyenneté mondiale qui s’inscrit dans le cadre de l’Unesco.

Ce projet, intitulé «  Vivre ensemble »  s’inscrit dans le temps (2015-2020) et vise à retisser les liens entre les jeunes en  privilégiant l’Éducation, la Culture et l’ouverture sur la diversité. Il s’appuie sur les travaux de Matthew Lipman menés aux Etats-Unis et les débats à visée philosophiques initiés par Michel Tozzi en France pour lutter contre le racisme, le sexisme en trouvant des alternatives à la violence par la médiation.

 

Pratiquer les débats à visées philosophiques à l’école permet de nuancer ses opinions en écoutant l’autre, de distinguer les différentes formes de violences morales, de résoudre des problèmes et des conflits, de rehausser l’estime de soi pour vivre ensemble dans une École bienveillante. Il donne par ailleurs des pistes apprenent à faire des choix adéquats en respectant les valeurs de collaboration, d’empathie et de coopération. En prenant appui sur tous les potentiels des jeunes, il est possible de leur permettre de sortir du cercle de la victimisation et d’en faire des citoyens responsables.

Trois pistes sont mises en place :

- L’instruction, qui est la formation de l’esprit en développant et croisant les savoirs, rôle irremplaçable de l’École, pour former des citoyens avisés et critiques ( à partir de 5 ans , un enfant peut expliquer ce qu’il pense).

- La socialisation en créant une cohésion dans le groupe pour vivre ensemble et devenir un citoyen responsable.

- La qualification en développant la connaissance de soi pour rentrer en relation avec l’autre.

 

 

La présence de jeunes à l’UNESCO

 

Lors de la présentation de la philosophie à l’école, trois jeunes lycéennes sont venues témoigner de leurs expériences. Voici quelques-uns de leurs constats :

 

« La philo m’a permis d’apprendre à bien m’exprimer à l’oral qui est de plus en plus important dans la vie »

« Ma pensée est devenue plus mature, j’ai appris à être à l’écoute des autres, j’ai plus de facilité pour écrire »

« Quand on sortira de l’école, on sera des produits du système scolaire, les débats nous apprennent autre chose qui sera utile dans la vie »

« C’est une liberté d’expression »

« On réfléchit pour lutter contre la montée de l’intégrisme »

« Quand on ira voter, on aura un esprit critique, on réfléchira »

« C’est bien pour l’émancipation des femmes »

 

Conclusion finale

« C’est un petit pas vers un monde meilleur »

 

Des ateliers de pratiques autour du programme Philojeunes ont ensuite eu lieu, mélangeant collégiens français et québécois. Il est étonnant et réconfortant de constater qu’à l’heure où les média ne mettent en avant que ce qui va mal dans le système éducatif français, des jeunes savent s’exprimer, argumenter, faire évoluer leurs pensées en ayant un retour réflexif sur leurs préceptes. Lors du bilan final des deux débats proposés (Qu’est-ce que le droit? À quoi ça sert ?/ Croire et savoir), les élèves ont fait montre d’une étonnante maturité en développant des thèmes tels que ceux de l’origine des nombres dans la culture arabe, des croyances incas sur la fin du monde ou encore du mythe de la caverne de Platon et en proposant des prolongements de réflexion dans leur synthèse. Certains n’hésitaient pas non plus à dire, en argumentant, que leur pensée avait évoluée et que leurs perceptions du sujet étaient désormais différentes.

 

Les différentes pratiques en philosophie 

 

Le lien entre la recherche dans ce domaine et les pratiques réalisées dans les écoles pilotes est indéniable. Les pratiques Philojeunes s’internationalisent en s’adaptant à la culture des pays, ce qui crée une véritable richesse humaniste.

L’intérêt de philosopher apprend aux jeunes à structurer leur vie à partir de leur culture, leur époque et leur modèle politique. Diverses approches concrètes, propices à l’adhésion du plus grand nombre sont menées avec succès.

En voici quelques exemples qui ont été développés lors de ces journées et qui peuvent être autant de pistes à exploiter en fonction du contexte socio-culturel :

 

Le foot :

En Ariège et à Marseille, de jeunes footballeurs ont des débats concernant leur sport : Qu’est-ce qu’un bon arbitre ? (la Justice), Les règles du  jeu (Droits et devoirs)

 

L’art :

L’art permet une nouvelle approche de la philosophie d’une infinie richesse. En plus des compétences de conceptualisation et de problématisation, on ajoutera celle de l’argumentation.

On peut par exemple traiter le sujet de la Liberté selon trois approches différentes.

-Dans La liberté guidant le peuple de Delacroix, la liberté se gagne dans la violence (barricades, fusils, combats contre l’adversaire…). Le spectateur peut avoir deux points de vue : celui qui est invité à aider le peuple en colère ou celui de l’armée qui est en face.

-Avec la célèbre photo du meeting de Martin Luther King de 1963, la conception de la liberté est celle d’une prise de conscience, d’une cause juste dont la foule va s’emparer. Ici, il n’y a aucune violence.

-Matisse dans son tableau La Danse n’a peint ni adversaire, ni foule, juste des êtres qui se donnent la main. La scène est pacifique est musicale.

Les enfants apporteront une réponse à une question et expliqueront pourquoi ils ont choisi cette œuvre.

 

Dans d’autres ateliers on pourra chercher des images sur des notions philosophiques à double entrée : par exemples l’évolution des concepts  d’Amour, de Liberté, de Justice à travers les différents âges de la vie ou de l’Histoire.

 

Une autre approche de l’art peut être proposée en primaire (cf le site internet les p’tites lumières. L’enfant, ici, est pris dans sa globalité, avec une unité esprit- corps. Doué à cet âge d’une pensée imaginative et fertile, il développera sa créativité.

 

Ainsi, l’art peut être utilisé à trois fins :

-L’art comme illustration : à la fin d’un atelier, un dessin illustrera la réflexion de l’enfant. On pourra réaliser des livrets sur des thèmes avec des dessins qui répondent aux pensées ou encore un poster collectif.

-L’art comme support inducteur : des tableaux, des films, des sculptures, des pièces de théâtres...seront analysés pour une réflexion autour d’un thème. Les enfants définiront une notion à partir d’une image et devront  justifier le lien entre le concept et l’image.

À partir d’une image, il est aussi possible d’écrire une histoire de 3,4 lignes qui fera émerger une problématique qu’il faudra ensuite argumenter.

-L’art comme exploration conceptuelle :le geste créatif du corps peut être la source d’un questionnement philosophique comme l’ont proposé différents ateliersdurant ces journées :

 

-Micro-plastiques et Méduses : l’art comme médium interdisciplinaire pour contempler les défis du développement durable au travers du prisme poétique.

-Le théâtre d’ombres pour favoriser expression, réflexion, argumentation

-De l’atelier Yoga et de Danse au cours de philosophie. C’est possible.

- Contes chorégraphiques : quand le mouvement du corps rencontre celui de la pensée.

 

La place de l’écrit dans les pratiques philosophiques avec les enfants

 

- Ecrire pour parler, écrire pour être lu, micro pratiques pour distinguer et articuler les genres d’expression

-De la trace écrite à l’écriture du partage : une collaboration autour des philosophes arabes du Moyen-Âge entre une classe de Nice (4ème) et une classe d’Alexandrie (2nde)

-La littérature dans l’atelier philo, du tumulte à la trace

-Le DVP en cycle 3, quels écrits pour quels apprentissages ?

 

Les pratiques philosophiques avec les enfants dans les lieux culturels.

- Création d’un espace de philosophie créative parascolaire.

-Les cinés-philo et le déploiement de la pensée conceptuelle ou en temps de rencontre intergénérationnelle en salle obscure.

-Comment philosopher sur les sciences avec les enfants ?

 

Philosopher hors cadre avec des enfants.

 

- La discussion philosophique, outil à l’épreuve de la détention

- Ateliers philo pour des jeunes en réinsertion professionnelle.

- Ateliers d’expression philosophiques pour collégiens exclus.

 

Chantier Philocité des enfants et adolescents en difficulté

 

- Penser la résilience culturelle à l’adolescence à partir de la discussion philosophique

-La philosophie dans les structures médicoéducatives.

 

Deux conférences ont eu lieu au cours de ces journées :

« Philosopher avec Walt Disney et Harry Potter » par Marianne Chaillan et « Philosopher et méditer avec les enfants » par Frédéric Lenoir.

Le dernier jour, les 21 nationalités présentes se sont retrouvées pour la journée mondiale de la philosophie (débats, conférences, rencontre) et une nuit blanche à l’UNESCO.

 

Les journées mondiales des pratiques philosophiques à l’UNESCO

 

Ces journées sont riches d’enseignement. On en ressort grandi. Bon nombre de participants, en échangeant sur leurs expériences, ont insisté sur le fait qu’en animant des débats dans leurs écoles avec leurs équipes cela créait aussi une véritable cohésion entre adultes dans le quotidien des établissements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO
Deux jours à l'UNESCO

Voir les commentaires