Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Quand je chante...
Quand je chante, je deviens chanson...Ferrat/Gougaud

Ô ma patrie de monts et de rivières vertes
Moi qui t'invoque à chaque instant
Je suis comme le coq dressant au ciel sa crête
Je chante et chante tout le temps

(Mon chant est un ruisseau)

Quand j'ai découvert Ferrat, il y a près de 25 ans, deux chansons m'ont particulièrement touchée :J'imagine qui exprimait tous mes rêves et mes espoirs et Le point du jour que je chante souvent dans ma tête le matin.

En un an , je devins amoureuse de l’œuvre du chanteur d'Antraigues.

Je découvris bon nombre de ses paroliers :Coulonges, Gougaud, Thomas...

C'est une véritable joie d'apprendre qu'Henri Gougaud sera présent sur le stand de Libellis aux côtés de Jacques les 23 et 24 mai prochains pour le salon du livre de Narbonne.

J'ai tellement de choses à lui dire sur ses chansons, lui raconter J'imagine, L'adresse du bonheur, Un jour futur que j'ai chantées de nombreuses fois à tue-tête, Picasso Colombe que je tiens pour un petit chef-d’œuvre et lui parler des quelques paroles de Mon chant est un ruisseau qui accompagnaient la photo de mon Tristan pour annoncer sa naissance à Ferrat (ce fut le dernier courrier de notre correspondance).

Les mots de Gougaud qu'ils soient poèmes, révoltes, fantaisie, fraternité sont inscrits en moi.

Paroles de Picasso Colombe

Il était un homme-oiseau
Qui cueillit le monde rond
L'ouvrit de ses doigts pipeaux
L'enfouit dans son œœil citron
Puis déshabilla les dieux
Les fit danser dans les bois
Les croqua de ses dents bleues
Les enivra de hautbois

Picasso colombe au laurier
Fit Guernica la mort aux cornes
Pour que dans un monde sans bornes
La nuit ne vienne plus jamais
La nuit ne vienne plus jamais

Il était un homme-fruit
Qui roula dans l'herbe crue
Sur une femme pétrie
Par un dieu Pan au poil dru
Femme il fendit ton chignon
D'un coup de soleil tranchant
Le fendit comme un oignon
Dans la cuisine des champs

Picasso colombe au laurier
Fit Guernica la mort aux cornes
Pour que dans un monde sans bornes
La nuit ne vienne plus jamais
La nuit ne vienne plus jamais

Il était un homme enfin
Prit le fruit et le croqua
Prit l'oiseau le fit humain
Coloriant aux éclats
But le temps et s'enivra
But le vin qui devint pur
Prit la cage et la brisa
Sur la porte du futur

Picasso colombe au laurier
Fit Guernica la mort aux cornes
Pour que dans un monde sans bornes
La nuit ne vienne plus jamais
La nuit ne vienne plus jamais
La nuit ne vienne plus jamais

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Dans ma maison tu viendras
Dans ma maison tu viendras (2) Le Poisson Fa/ Boby Lapointe

Il y a un an, j'ai eu l'immense privilège de participer à la boum à Boby pour fêter son "anniversaire". C'était dans sa maison LE POISSON FA à Gabian.

Ticha Lapointe, sa fille a fait de cet endroit un lieu d'expression.

Ce soir-là, de nombreux hommages ont été rendus au célèbre chanteur de Pézenas avec différents artistes, j'ai beaucoup aimé le numéro de claquettes sur la reprise endiablée de Ta Katie t'a quitté jouée au piano.

En arrivant, quelle ne fut pas ma surprise (et je l'avoue, mon immense fierté) de voir que Ticha avait accroché au mur un dessin que Tristan lui avait fait pour sa venue à Narbonne quelques semaines avant. Nous l'avions invitée à parler de son père dans une rencontre poésies et chansons.

Voici quelques photos souvenirs du POISSON FA...Ce fut une soirée que je ne suis pas prête d'oublier. Merci à L'adorable Ticha pour son hospitalité, chaque rencontre est un véritable bonheur.

Le 20 juin prochain dès 18 heures,ce sera un honneur et un cadeau pour moi, de décliner avec le quatuor l'ART D'EN FACE les poèmes de l'ami Bernard ainsi qu' Aragon, Rutebeuf, Rimbaud...dans cette maison si singulière.

NB: J'avoue! Comme je suis venue seule à la boum à Boby, j'ai mangé les parts de gâteau des deux compères Jacques et Tristan...Il était si délicieux!!!! CHUTTTTTTTT !!!!

Dessin de Tristan en hommage à Boby pour Ticha.

Dessin de Tristan en hommage à Boby pour Ticha.

Le ton est donné.

Le ton est donné.

Excellent moment de claquettes sur "Ta katie t'a quitté" Tic tac tic tac

Excellent moment de claquettes sur "Ta katie t'a quitté" Tic tac tic tac

Joyeux anniversaire Boby! Avec Ticha!

Joyeux anniversaire Boby! Avec Ticha!

Je confirme le gâteau était excellent.

Je confirme le gâteau était excellent.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #10ans avec Tolstoï, #Presse
10 ans avec Tolstoï dans la presse "La Marseillaise"

Très bel article de LA MARSEILLAISE avec une analyse de Tolstoï, que je partage bien souvent, sur certaines conséquences de l'imprimerie aujourd'hui.

Rappel: Jacques Ibanes donnera sa prochaine conférence à l'Institut des études slaves (Sorbonne) le 12 mai à 17 heures en présence de la Comtesse Tolstoï.

Pour l'occasion ma chère amie, la comédienne Pierrette Dupoyet nous offrira une lecture d'extraits de 10 ans avec Tolstoï.

LA MARSEILLAISE

Date : 05 AVRIL 15
Pays : France
Périodicité : Quotidien
Page de l'article : p.46
Journaliste : Anne-Marie Mitchell
Page 1/1
817e75e354f0930802c24494d70db5cc09397e53f18a55e
Tous droits réservés à l'éditeur CHERCHEMIDI 8839753400506
MAGAZINE
Livres
Témoignage. Tolstoï, écrivait Romain Rolland, ne parlait pas
aux privilégiés, mais aux hommes ordinaires.
Le Maître et le
Secrétaire
• Nous sommes en 1978, dans un
village - Le Puy-Sainte-Reparade
- situé a quelques kilomètres
d'Aix en Provence Accompagnés
du Narbonnais Jacques Ibanes,
nous frappons à la porte d'une
maisonnette en pierre dont le
propriétaire se nomme Victor
Lebrun, espérantiste, végétarien,
apiculteur et au léger ac

cent russe. Normal , il est né en
Ukraine en 1882 ou son père était
ingénieur des chemins de fer pour
la construction du Transcaspien
Lebrun, un truculent personnage
que connaissent les Provençaux et
plus particulièrement les lecteurs
de Chroniques des grandes figures
du Sud de Serge Bec (Équinoxe,
2012) où il figure aux côtes entre
autres, de Giono, Fernandel, le
peintre Ambrogiani et notre regretté
ami Yvan Audouard .Pour
quoi cette visite, alors que nous
sommes loin de nous douter que
le vieil homme, à l’œil rieur et à
la moustache gauloise, aura cessé
de vivre quelques mois plus tard ?
Parce que ce passionné de Tolstoï
fut, plusieurs années durant, l'ami
intime et le secrétaire de l'auteur
de Guerre et Paix, qui voyait dans
I' amour le flambeau de la vérité et
dans l'instruction l'arme la plus
redoutable des peuples opprimés
Immense romancier, espérantiste
et végétarien lui aussi, dont
la fausse nouvelle de sa mort
aurait fait tomber en syncope
Maxime Gorki (I annonciateur
des tempêtes populaires) et chez
lequel Gandhi puisa le principe de
non-violence. Sa mort (bien réelle)
surviendra le 20 novembre 1910
dans la maison du chef de gare
d'Astapovo, à l'âge de 82 ans, après
qu'il eut fui la demeure familiale
et voyage sous un nom d'emprunt.
C'est lui que nous retrouvons,
vêtu de sa blouse de toile grise
et chausse de hautes bottes, dans
Dix ans avec Tolstoï, où il se dresse
Léon Tolstoï'.
plus vivant que jamais, malgré
la Faucheuse qu'il dit attendre
"presque avec joie". Témoignage
traduit tout d'abord en anglais par
Victor P Epp en 2006, version illustrée
dans laquelle est publiée la
lettre adressée par Jean Rostand
à Victor Lebrun. Enthousiaste
de Tolstoï, et ayant lu quasiment
toute son œuvre, nous avons toutefois
appris beaucoup de choses
en lisant ce livre. Par exemple,
nous ignorions cette phrase que
nous ferons notre lorsque l'occasion
nous en sera offerte Tolstoï
en veut parfois à Gutenberg
d avoir donné "la possibilité d im
primer tout ce que l'on publie actuellement"
Comment ne pas comprendre
qu'il ait pu s'insurger contre des
écrits médiocres et flagorneurs,
alors que les siens étaient sous
le contrôle des épurateurs tsaristes.
Victor Lebrun, qui n'ignore
pas les coupures faites par les
censeurs dans les pages de son
maître, aurait certainement aime
lire ce passage extrait de I article
signé Octave Mirbeau et publié
dans l'Humanité le premier mai
1904 "II n'est pas permis à un Tols
toi d'écrire ce qu il pense et comme
il le pense. On rature, on émonde,
on mutile ses œuvres. Mais pour un
Tolstoï, que protège contre les bourreaux
l'admiration universelle,
combien d'autres exécutions dont
la Russie aura à porter la honte
devant l'avenir Prolétaires et penseurs,
artistes et ouvriers, étudiants
et moujiks, humbles fonctionnaires
et vagabonds, tous ne vivent que
sous la menace de la délation, espionnes
par une police vénale qui
voit et qui entend ce que ses maîtres
lui commandent de voir et d'entendre.
" Merci à Jacques Ibanes
d'avoir frappé à la porte de Victor
Lebrun et merci a ce dernier
de nous avoir permis d'observer
Tolstoï au travail ou errant dans
les forêts voisines, un carnet en
poche. À découvrir
ANNE-MARIE MITCHELL







Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Autres
Le jardin d'EVA ou le paradis des chats par Choupette

Bonjour, Madame Rhino me laisse la parole aujourd'hui afin que je vous parle d'un endroit que j'aime très fort : le jardin d'EVA.

C'est ici que je passe mes vacances avec mes copains et mes copines quand mes maîtres partent et ne peuvent pas me prendre avec eux.

Au jardin d'EVA , quand j'arrive, je miaule de bonheur devant ma gamelle de croquettes, j'adore les caresses que je reçois à volonté, j'aime jouer avec les autres chats et si Hélios est là, je ne m'en sépare plus et je miaule de tristesse quand il s'en va...

OUI, c'est chouette la colo au jardin d'EVA !

CHOUCHOUMIAOU

PS: Maintenant c'est moi la star de la famille! Je suis sur youtube (film à la fin) à 7 mn et 10 mn 10. La Choupette de Karl Lagerfeld n'a qu'à bien se tenir, non mais!

C'est ici que ça se passe:

Pension Féline de l'Aude " Le Jardin D' E.V.A. " - ACCUEIL

www.lejardindeva.onlc.fr/

En vacances ou absents pour quelques jours, la pension Féline "Le Jardin d' E.V.A." accueille vos félins de tout au long de l'année : Vos chats mais aussi tortues, rongeurs, oiseaux,...

La structure se trouvant sur le lieu même de notre habitation, votre chat bénéficiera d'une présence permanente dans une ambiance familiale, au sein d'un environnement convivial dans le Sud de la France.

Votre petit protégé vivra en communauté avec ses congénères dans la chatterie. Un espace extérieur totalement sécurisé lui permettra de se prélasser, jouer et profiter de toute notre attention dans une atmosphère chaleureuse

POUR INFORMATION:

Il n’y a pas de conflit de territoire, puisque vos chats n’étant pas chez eux, et n’ayant pas de territoire à défendre, ont un comportement totalement modifié. Même les plus grognons, les plus dominants apprécient la compagnie de leurs congénères

Le tout dans le respect des habitudes de chaque animal.

Vous ne pouvez venir amener votre chat, vous n'avez pas de moyen de locomotion :

La Pension Féline "Le Jardin d' EVA" vous propose d'aller chercher ou de vous ramener votre chat à votre domicile

Afin que votre chat ne soit pas dépaysé, ses affaires personnelles (couverture, panier, jouets) seront les bienvenus.
Le carnet de vaccination de l'animal devra m’être remis à l’arrivée et sera rendu à son propriétaire le jour du départ .
La prestation comprend :
  • Des croquettes spécial chats stérilisés à volonté,
  • De la litière changée aussi souvent que nécessaire.
  • Le chauffage est également inclus dans le tarif .
  • Les câlins et caresses, les jeux ( souris, griffoir, arbres à chat, balles etc...)

CONTACT: 06.78.43.42.71

Courriel: lejardin.deva@yahoo.fr

8 Chemin de la Clape 11110 SALLES D'AUDE

Mes jolies colonies de vacances au jardin d'EVA

Duo des chats de Rossini par Choupette et Hélios...

Quand je vous dis que je sais chanter! Miaouuuuuuuuuuuuuuuuuu

Quand je vous dis que je sais chanter! Miaouuuuuuuuuuuuuuuuuu

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Quand je chante...
Quand je chante, je deviens chanson...Ave Maria de Caccini

Merci à Cat et Edgar pour leur véritable amitié. L'Ave Maria de Caccini est un de mes morceaux préférés et je suis heureuse de vous le faire découvrir par mon duo catalan préféré qui n'est presque plus teuton.Bravo pour leur magnifique carrière.

Ecoutez, rêvez, c'est une superbe interprétation.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #Quand je chante...
Quand je chante, je deviens chanson...Une sorcière comme les autres

"Quand je chante, je deviens chanson..." Pauline Julien

C'est avec cette grand artiste québécoise que je désire démarrer cette rubrique pour la bonne et simple raison qu'elle a interprété Une sorcière comme les autres (d'Anne Sylvestre) qui est ma chanson préférée.

Née à Trois-Rivière en 1928, elle commence son parcours de comédienne à Québec et à Montréal avant de tenter sa chance à Paris comme diseuse et chanteuse dans les boîtes à chansons de la rive gauche. Elle interprète Brecht, Vian, Ferré, Barbara, Anne Sylvestre...puis ajoute à son répertoire Lévesque, Vigneault, Leclerc.

Cette âme à la tendresse sera une militante passionnée du Québec libre, une femme de parole, une femme de tête, à fleur de peau...

J'ai découvert Pauline Julien grâce à mon frère de cœur qui vit de l'autre côté de l'Atlantique et qui a eu la gentillesse de m'offrir quelques CDs que j'aime particulièrement.

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #RADIO, #Entrée des artistes, #10ans avec Tolstoï

Aujourd'hui : Tout savoir sur le duo Canticel + l'émission aprèm passion sur youtube où on aperçoit aussi Jacques et Tristan.

Dagois-Teufel - Association LUBLINIANA

www.lubliniana-asso.eu/dagois.teufel.html

 

Je les aime tellement ces deux-là que je n'ai pas hésité à écrire un texte sur eux.

Diabolus in musica

Pour Catherine Dagois et Edgar Teufel

 

« Aimer, c’est donner sans attendre de retour et tout acte est prière, s’il est don de soi. »

Antoine de Saint-Exupéry

 

 

 

La salle a pour candélabres des stalactites et stalagmites millénaires. La cathédrale est enfouie dans ce monde souterrain où se produit le couple d’artistes, l’endroit est insolite et mirifique.

 

Pour aller écouter le concert dans les entrailles de la terre, les spectateurs descendent dans un monde aux antipodes de celui dans lequel ils vivent. Ils sont aimantés par ce monde irréel où va exploser la musique mise à nue sans aucun artifice.

 

Dans ce berceau primitif du monde dans lequel l’homme se sent étranger, va être interprétée la plus belle prière de Mendelssohn. La contralto dans la lumière d’outre terre, est une colombe dans sa robe de soie et d’organdi. Son mari l’accompagne à l’orgue. L’atmosphère étrange devient soudain magique dans cette nef souterraine dès les premières notes. (...)

Le duo est en osmose dans ce Versailles souterrain des Pyrénées. La cantatrice à la voix limpide reflète l’amour de la vie qu’a transmis Mendelssohn à travers son œuvre, l’interprétation est sobre et élégante, l’hymne se propage subtilement dans l’espace de la salle.

 

La musique entre en eux, elle s’intériorise à chaque seconde, ils ne font plus qu’un avec elle, ils sont unis par cette femme lyrique, cette femme poème, cette femme sourire et son mari virtuose.

(...)

A la fin du concert, un bis fut réclamé. Et une dernière fois, les doigts de l’organiste virevoltèrent tels des oiseaux de feu autour d’une fugue de Bach.

Merci à Cat et Ed pour ce magnifique après-midi dont nous nous souviendrons longtemps...Quel bonheur de revoir tous ces rires, ces chants et ces moments de tendresse. Bravo pour le film! J'adoreeeeeeeeeeeeeeee

Voir les commentaires

Publié le par alexandra collet
Publié dans : #10ans avec Tolstoï
Photo Jean S.
Photo Jean S.

Victor Lebrun évoque la jolie fable ci-dessous dans ses mémoires. Bonne lecture! Merci à Jean Sayad d'avoir retrouvé ce texte et de l'avoir traduit.

ОТЧЕГО ЗЛО НА СВЕТЕ
(Басня)

Пустынник жил в лесу, и звери не боялись его. Он и звери говорили между собою и понимали друг друга.

Один раз пустынник лег под дерево, а ворон, голубь, олень и змея собрались ночевать к тому же месту. Звери стали рассуждать, отчего зло бывает на свете.

Ворон сказал: «Зло на свете все от голода. Когда поешь вволю, сядешь себе на сук, покаркаешь — все весело, хорошо, на все радуешься; а вот только поголодай день-другой, и все так противно станет, что и не смотрел бы на свет божий. И все тебя тянет куда-то, перелетаешь с места на место, и нет тебе покоя. А завидишь мясо, так еще тошнее сделается, так и бросишься без разбора. Другой раз и палками-то, и камнями в тебя кидают, и волки и собаки хватают, а ты все не отстаешь. И сколько так из-за голода пропадает нашего брата. Все зло от голода».

Голубь сказал: «А по мне, не от голода зло, а все зло от любви. Кабы мы жили по одному, нам бы горя мало. Одна голова не бедна, а и бедна, так одна. А то мы живем всегда парочками. И так полюбишь свою дружку, что нет тебе покоя — все о ней думаешь: сыта ли, тепла ли она? А как улетит куда-нибудь от тебя дружка, тут уж совсем пропадешь,— все думаешь: как бы ястреб не унес или люди не поймали бы; и сам полетишь ее искать, да и залетишь в беду,— либо под ястреба, или в силок. А если пропадет дружка, так самому уже ничто

203

не мило. Не ешь, не пьешь и только ищешь да плачешь. Сколько нас от этого пропадает! Все зло не от голода, а от любви».

Змея сказала: «Нет, зло не от голода и не от любви, а зло от злости. Кабы жили мы смирно, не злились бы,— нам бы все хорошо было. А то как сделается что-нибудь не по тебе, разозлишься,— тогда уж ничто не мило. Только и думаешь, как зло свое на ком выместить. Тут уж сама себя не помнишь, только шипишь да ползаешь, ищешь, кого бы укусить. Уже никого не жалеешь — до тех пор злишься, пока сама себя погубишь. Все зло на свете от злости».

Олень сказал: «Нет, не от злости, и не от любви, и не от голода все зло на свете, а зло от страха. Кабы можно было не бояться, все бы хорошо было. Ноги у нас резвые, силы много. От маленького зверя рогами отобьешься, от большого уйдешь. Да нельзя не бояться. Только хрустни в лесу ветка, зашурши листья, так весь и затрясешься от страха, забьется сердце, точно выскочить хочет, и летишь что есть духу. Другой раз заяц пробежит, птица трепещется или сухая ветка обломится, а ты думаешь — зверь, да и набежишь на зверя. А то бежишь от собаки,— набежишь на человека. Часто испугаешься и бежишь, сам не знаешь куда, и с размаху оборвешься под кручь и убьешься. И спишь-то одним глазом, слушаешь и боишься. Нет покоя. Вез зло от страха».

Тогда пустынник сказал:

— Не от голода, не от любви, не от злобы, не от страха все наши мученья, а от нашего тела все зло на свете. От него и голод, и любовь, и злоба, и страх.

D’où vient le mal dans le monde ?

Un ermite vivait dans la forêt et les animaux sauvages n’avaient pas peur de lui. Il parlait avec eux et se comprenaient mutuellement.

Un jour, l’ermite était allongé sous un arbre et un corbeau, un pigeon, un cerf et un serpent sont venus dormir au même endroit. Les animaux se sont mis à s’interroger d’où vient le mal dans le monde.

Le corbeau dit : « Le mal dans le monde vient de la faim. Quand tu as mangé à ta faim, tu t’assieds sur une branche, tu coasses ; tout est joyeux, tout est bien et tu te réjouis de tout ; et quand un autre jour tu as faim, tout te semble tellement dégoûtant que tu n’as même pas envie de regarder autour de toi. Tu ne tiens plus en place et tu voles d’un endroit à un autre sans trouver la paix. Si tu vois un bout de viande, tu vas te sentir encore plus mal et te jeter dessus sans retenue. Et après on te lance des bâtons ou des pierres, les loups ou les chiens t’attrapent et tu ne lâcheras pas le bout de viande pour autant. Tant de nos frères périssent ainsi à cause de la faim. Tout le mal vient de la faim. »

Le pigeon dit : « A mon avis, le mal ne vient pas de la faim mais de l’amour. Si on vivait chacun séparément, on aurait bien peu de malheur. Un seul être n’est pas malheureux, et quand bien même il le serait, il serait seul à être malheureux. Mais nous, nous vivons toujours par paires. Et si tu aimes ta compagne, tu ne peux pas être en paix et tu penses toujours à elle. Est-ce qu’elle est rassasiée, est-ce qu’elle est au chaud ? Et si ta compagne s’envole loin de toi, c’est la fin de tout : tu penses sans arrêt que l’autour ou que les gens vont la capturer ; alors tu t’envoles à sa recherche et tu tombes toi-même sur un autour ou sur un filet. Et si ta compagne disparaît, tu n’as plus goût à rien. Tu ne manges plus, ne bois plus et tu ne fais que la chercher ou que pleurer. Tant des nôtres périssent à cause de cela ! Tout le mal ne vient pas de la faim, mais de l’amour. »

Le serpent dit : « Non, le mal ne vient pas de la faim ou de l’amour mais de la méchanceté. Si nous vivions tranquillement sans être méchants, tout irait pour le mieux. Si quelque chose ne se passe pas comme tu l’aurais voulu, alors déjà tout devient sombre. Tu ne penses qu’à te venger sur quelqu’un. Tu es hors de toi, ne fais que siffler et sors la langue en cherchant qui tu vas mordre. Tu n’as aucune pitié et reste méchant jusqu’à ce que tu en meures. Tout le mal dans le monde vient de la méchanceté. »

Le cerf dit « Non, le mal dans le monde ne vient ni de la méchanceté, ni de l’amour, ni de la faim, mais de la peur. Si l’on pouvait n’avoir peur de rien, tout irait bien. Nos pattes sont robustes et nous avons beaucoup de force. Si nous pouvons triompher d’un petit animal grâce à nos bois, nous pouvons aussi échapper à un prédateur. Mais il nous est impossible de ne pas avoir peur. Il suffit d’un bruissement de branches ou d’un sifflement de feuilles et soudain tu trembles d’effroi, ton cœur s’emballe et tu t’enfuis à perdre haleine. Si une autre fois tu entends courir un lièvre, bouger un oiseau ou craquer une branche morte, tu imagines que c’est une bête sauvage et en voulant y échapper, tu tombes nez à nez entre ses griffes. Et si tu t’échappes d’un chien, tu tombes sur un homme. Tu as souvent peur et tu cours, ne sachant pas toi-même dans quelle direction et pris dans ton élan tu dévales une pente et te tues. Et tu dors d’un œil, tu tends l’oreille et tu as peur. Il n’y a pas de paix ! Tout le mal vient de la peur. »

Alors l’ermite dit : « Toutes nos souffrances ne viennent ni de la faim, ni de l’amour, ni de la méchanceté, ni de la peur, mais tout le mal du monde vient de notre corps. La faim, l’amour, la méchanceté et la peur viennent de notre corps.

Ci-dessous, un retour en images à l'Institut des relations internationales de Montpellier. Jacques lors d'une conférence sur Tolstoï a été invité à parler du livre de Victor Lebrun. L'accueil a été très chaleureux et sous le signe d'une belle amitié franco-russe.

Crée en 1992, l'association Loi 1901 Amitiés Russes a pour but de favoriser la connaissance mutuelle et la coopération entre le peuple français et les peuples de l'ex - URSS (Union des républiques socialistes soviétiques). Il s'agit à la fois de mieux cerner les cultures et les liens entre ces deux civilisations historiquement très liées, mais également d'effacer les préjugés et les idées reçues que nous avons accumulés dans nos inconscients collectifs. La semaine culturelle russe est le point d'orgue de l'année, organisée au printemps et proposant la découverte de la Russie via lecture de contes, conférences, musique, littérature, représentations théâtrales et de la cuisine russe.

A l'Institut des relations internationales (Montpellier).

A l'Institut des relations internationales (Montpellier).

Conférence avec Jean Sayad.

Conférence avec Jean Sayad.

 10 ans avec Tolstoï - La fable: D'où vient le mal dans le monde?

Voir les commentaires