Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Madame Rhinocéros

Madame Rhinocéros

Les surprises de la vie...

Publié le par alexandra Ibanès
Publié dans : #Ils ont dit:, #Un été à l'Iris de Suse, #Editions L'ART D'EN FACE
Un été à l'Iris de Suse du côté de chez Fiorio

« L’essentiel est bien que la vie soit de la poésie en action ! » Serge Fiorio

Serge Fiorio est un peintre italien d'origine piémontaise. Son père était cousin de Jean Giono. Il s'était installé après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes-de-Haute-Provence, à Montjustin où il a vécu et peint de 1947 à 2011.

Trouvé aujourd'hui sur le blog consacré au peintre.

blog sur SERGE FIORIO - Canalblog

sergefiorio.canalblog.com/

28 janv. 2014 - Actualités de l'œuvre et biographie du peintre Serge Fiorio par André Lombard et quelques autres rédactrices ou rédacteurs, amis de l'artiste ...

Si L'Iris de Suse est devenu ici le nom d'une maison, d'un hâvre de paix où se retrouver - au sens propre comme au figuré - le journal demeure l'une des formes, parmi les plus spécifiques et efficaces, de l'autoportrait.

Celui-ci est tout en facettes saisies à travers le miroir du déroulement des jours en une seule saison et sur une aire géographique limitée, mais profondément sensible au reste du monde et fidèle à la présence des autres, à celle de l'être aimé, cet alter ego par excellence, aux richesses de l'enfance aussi à travers celle du fiston, à la présence prégnante, encore sauvage elle, primitive, tutélaire, du Quiersboutou qui est à la fois réserve naturelle à portée du regard - sans jeu de mot - depuis L'Iris et Montagne de l'âme, en quelque sorte, qu'il est bon d'ascensionner par tous les temps, même en été.

Fruit d'une quête, tout ce qui fait la chair, le suc et l'esprit d'une journée à la campagne, bien remplie à ras-bord, est ici partagé de grand cœur en ces pages d'écriture sans repentirs ni affèterie d'aucune sorte. C'est que, délesté des contraintes professionnelles, sociales, l'esprit peut, en ce lieu privilégié, chaque jour librement disposer d'envols vers des rêves féconds où faire - volontairement ou pas - éclore le plaisir de vivre au présent pour y goûter de tout son être, de toute son âme, l'ici et maintenant et l'instant pur quand il se présente. Bouddhisme à haute dose dans ce que nous raconte et confie l'auteur !

Comme l'indique son titre, le temps du livre est celui d'une seule et unique saison : pour notre bonheur, il nous en restent donc logiquement encore trois à lire !

Loin du sérail et des circuits parisiens, Marie Rouanet est l'heureuse marraine de cette nouvelle maison d'édition; elle y publie elle-même un recueil de nouvelles acerbes : Des femmes.

André lombard

Commenter cet article